Le gouvernement «mal à l'aise» devant la déclaration de Sklavounos

Gerry Sklavounos était accompagné de sa femme lors... (Photo Édouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

Gerry Sklavounos était accompagné de sa femme lors de sa déclaration.

Photo Édouard Plante-Fréchette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La déclaration repentante Gerry Sklavounos a été accueillie comme une patate chaude par le gouvernement Couillard, jeudi, tandis que l'opposition juge nettement insuffisants les regrets exprimés par le député.

À l'Assemblée nationale, les élus du Parti libéral ont tour à tour refusé de commenter la sortie de leur ex-collègue, la première depuis qu'il a été accusé de viol par la jeune Alice Paquet en octobre. La ministre des Institutions démocratiques, Rita de Santis, a admis que la situation provoque un inconfort dans l'équipe gouvernementale.

«Vous savez, c'est normal qu'on soit un petit peu mal à l'aise, a-t-elle reconnu. C'est un collègue, maintenant il se retrouve dans cette situation.»

Comme la conférence de presse de M. Sklavounos s'est déroulée en pleine période des questions à l'Assemblée nationale, les élus libéraux ont tous affirmé ne pas avoir entendu les commentaires du député.

La vice-première ministre et responsable de la Condition féminine, Lise Thériault, a affirmé qu'il est trop tôt pour discuter d'une possible réintégration de M. Sklavounos au caucus libéral.

«Je répondrai à vos questions à partir du moment où nous nous serons réunis en caucus et que nous aurons discuté du sujet», a dit Mme Thériault.

Mais pour le Parti québécois, il est clair que M. Sklavounos n'a pas fait acte de contrition. Selon la whip du parti, Carole Poirier, les commentaires du député ont pour effet de blâmer les femmes pour ses gestes.

«Lorsque le député de Laurier-Dorion nous dit qu'il est extroverti, volubile, passionné, spontané, ce n'est pas là la reconnaissance à laquelle nous nous attendions», a résumé Mme Poirier.

«Le comportement et la déclaration de ce matin me laissent croire qu'il n'a aucun regret et qu'il ne se remet même pas en question», a-t-elle ajouté.

Selon elle, M. Sklavounos n'a plus sa place dans le caucus d'un parti politique à l'Assemblée nationale.

La députée de Québec solidaire, Manon Massé, a de nouveau exigé la démission du député. Selon elle, il est clair que le M. Sklavounos n'a exprimé aucun regret et que son discours s'apparente à celui de «vieux mononcles cochons».

«Ce que j'ai entendu ce matin, c'est que M. Sklavounos me dit (...) "ce n'est rien qu'une joke, mesdames, ne pensez pas que c'est du harcèlement, ne pensez pas que je fais ça parce que vous dénigre", a-t-elle dénoncé. C'est ça qu'on entend en arrière.»

La Coalition avenir Québec s'est montrée prudente dans ses commentaires, affirmant que c'est au premier ministre Philippe Couillard de décider du sort de M. Sklavounos. La députée Nathalie Roy s'est montrée sceptique sur le mea culpa du député.

 « M. Sklavounos a fait ce que le premier ministre lui a demandé, a dit Mme Roy. C'était téléguidé, on lui a dit 'fais une déclaration' et il l'a fait. Ça vaut ce que ça vaut, tant qu'à moi. »

La semaine dernière, le Directeur des poursuites criminelles et pénales a blanchi M. Sklavounos de l'accusation de viol qu'avait lancée la jeune Alice Paquet. Mais auparavant, d'anciennes employées de l'Assemblée nationale ont confié à des médias qu'il avait eu un comportement déplacé à leur égard.

Le premier ministre Philippe Couillard a ouvert la porte à ce que le député de Laurier-Dorion réintègre son caucus, mais à condition qu'il fasse une « déclaration publique » sur le respect des femmes, en plus d'entamer une « démarche personnelle » en vue de changer sa conduite.

«Je vais me prononcer sur la sortie publique de Gerry Sklavounos. Mais pas maintenant. J'ai trop de peine, c'est trop lourd et le sentiment d'avoir tout fait ça pour rien est très présent. Je vais me prononcer quand j'aurai essuyé mes larmes p'tit peu», a pour sa part déclaré Alice Paquet sur Facebook. 

Gerry Sklavounos s'attire de sévères critiques d'organismes

Le mea-culpa plutôt tiède de Gerry Sklavounos a aussi créé un malaise au sein du Regroupement québécois des centres d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS).

Lors de son point de presse, il a reconnu que lorsqu'il a tenté « de socialiser, de créer des liens d'amitié ou d'alléger l'atmosphère », il a pu « offusquer ou rendre inconfortables d'autres personnes ».

Il faisait ainsi allusion à mots couverts aux allégations de nature sexuelle dont il a fait l'objet l'an dernier.

La sortie de cet élu a fait broncher l'agente de communication du RQCALACS, Stéphanie Tremblay, qui a été contactée par La Presse canadienne immédiatement après la conférence de presse de M. Sklavounos.

D'entrée de jeu, Mme Tremblay a mentionné qu'elle était « déçue » par la déclaration du représentant de la circonscription de Laurier-Dorion à l'Assemblée nationale.

Elle a enchaîné en disant que « ce qui est assez déplorable, c'est qu'il n'y a aucune responsabilisation de la part de Gerry Sklavounos ».

« Ce qu'il dit finalement, c'est que les gestes qu'il a posés auraient été mal interprétés. Il ne reconnaît pas que ses actes étaient inacceptables (...). Il se positionne vraiment comme une victime et c'est extrêmement déplorable », a-t-elle martelé.

- Avec La Presse canadienne




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer