L'aide fédérale à Bombardier critiquée à Québec

Le ministre fédéral de l'Innovation Navdeep Bains, le... (Paul Chiasson, PC)

Agrandir

Le ministre fédéral de l'Innovation Navdeep Bains, le président de Bombardier Alain Bellemare et le ministre des Transports Marc Garneau étaient parmi les personnes présentes à la conférence de presse hier.

Paul Chiasson, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un accueil tiède du gouvernement et des critiques acerbes de l'opposition, l'aide financière annoncée par le gouvernement fédéral à Bombardier n'a satisfait personne à l'Assemblée nationale mercredi.

Après plus d'un an d'attente, le gouvernement Trudeau a annoncé mardi soir un prêt de 372,5 millions à la multinationale québécoise. C'est le tiers du milliard de dollars que demandait à l'origine Bombardier pour sauver son programme CSeries.

Loin de s'emballer devant l'annonce, le ministre des Relations canadiennes, Jean-Marc Fournier, a plutôt qualifié la décision d'Ottawa de « tardive ».

« C'est le coeur de ce qu'il y a à voir là-dedans, c'est qu'elle est tardive parce qu'elle intervient un an après l'intervention du gouvernement (du Québec) et après le travail fait par Bombardier lui-même. Tant et si bien qu'aujourd'hui, le contexte est différent », a dit M. Fournier.

Son collègue aux Finances, Carlos Leitao, a pour sa part réservé un accueil sans enthousiasme au coup de pouce fédéral.

« C'est un premier pas », a-t-il résumé.

Le gouvernement Couillard a injecté 1,3 milliard en 2015 pour acquérir la moitié du programme de la CSeries. Depuis, Québec et Bombardier ont multiplié les démarches pour convaincre le fédéral de verser une aide équivalente.

Au final, la plus importante de l'aide financière versée par Ottawa servira à financer la recherche et le développement de l'appareil Global 7000, un avion de grand luxe qui sera construit à Toronto. À peine une fraction de l'enveloppe sera consacrée au programme CSeries, qui a rencontré plusieurs difficultés depuis son lancement.

Ottawa sert la cause souverainiste, selon Jean-François Lisée

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a rappelé qu'Ottawa a allongé 10 milliards pour venir en aide à l'industrie automobile ontarienne, menacée par la crise financière de 2008. Selon lui, la décision dans le dossier Bombardier constitue un argument pour l'indépendance du Québec.

« À quoi ça sert exactement d'être dans ce pays-là si, quand notre industrie aérospatiale qui a 50 000 emplois demande de l'aide et n'est pas écoutée, mais que l'industrie ontarienne de l'automobile demande de l'aide et est écoutée, que l'industrie des sables bitumineux demande de l'aide puis, pendant des années et des années, reçoit des subventions et des crédits d'impôt, et que, quand notre tour vient, bien, ce n'est jamais notre tour, ce n'est jamais notre tour », a-t-il dit.

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, juge que le gouvernement fédéral « doit en faire plus ». Mais selon lui, l'annonce d'Ottawa met surtout en relief le fait que Québec n'a obtenu aucune garantie de Bombardier quant au maintien des emplois au Québec.

« On se retrouve dans une situation où, pour 1,3 milliard, on n'a aucune garantie. Et pour 370 millions, le gouvernement fédéral a des garanties. Trouvez l'erreur ! »

Le député de Québec solidaire, Amir Khadir, y voit pour sa part une « décision hostile au Québec ». Il lance aussi la pierre à Bombardier.

« Cette entreprise ne nous respecte pas, a dénoncé M. Khadir. Elle considère les contribuables québécois comme des vaches à lait à siphonner quand ça lui plaît sans aucune responsabilité morale. »

- Avec la collaboration de Denis Lessard. 




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer