Lisée juge «préférable» que Ouellet renonce à son siège à l'Assemblée nationale

Martine Ouellet a fait connaître sa décision dimanche... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

Martine Ouellet a fait connaître sa décision dimanche de se lancer dans la course à la direction du Bloc québécois.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le passage de Martine Ouellet au Bloc québécois a provoqué de hauts cris à Québec, où ses adversaires la somment de renoncer à son siège à l'Assemblée nationale. Une position que partage même son ancien chef, Jean-François Lisée.

Mme Ouellet a confirmé dimanche son intention de briguer la direction du parti indépendantiste fédéral, tout en conservant son siège et son salaire de l'Assemblée nationale.

En point de presse à Montréal, le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée a dit souhaiter que son ancienne rivale dans la course à la direction évite de cumuler les fonctions de chef bloquiste et de députée provinciale. Et ce, même s'il dit comprendre « l'inconvénient » que causerait une élection partielle si elle devait renoncer à son siège de Vachon.

« En regardant les avantages et les inconvénients, je pense qu'il serait préférable qu'elle ne siège pas à l'Assemblée nationale tout en étant chef du Bloc, a résumé M. Lisée. Et je pense qu'il est tout à fait possible de trouver au Bloc québécois une façon de financer un salaire adéquat pour Martine en attendant l'élection de 2019. »

Cela dit, la décision revient à Mme Ouellet, a précisé M. Lisée.

Les adversaires politiques se sont insurgés devant la possibilité que la députée porte deux chapeaux à la fois.

La vice-première ministre, Lise Thériault, a dit éprouver un « profond malaise » devant la perspective que Mme Ouellet dirige un parti fédéral tout en empochant un salaire de l'Assemblée nationale.

« Tu ne peux pas penser diriger une formation politique avec 10 députés à Ottawa, depuis Québec, a-t-elle résumé. Si elle veut être chef du Bloc québécois, la seule option logique que je vois, c'est que lorsqu'elle deviendra chef, qu'un député bloquiste donne sa démission pour qu'elle puisse faire son entrée à Ottawa. »

La députée de Québec solidaire, Manon Massé, estime elle aussi que Martine Ouellet doit faire un choix.

Mme Massé, qui agit à titre de porte-parole de Québec solidaire depuis le départ de Françoise David, ne voit aucun problème à ce que la députée participe à la course à la direction tout en conservant son siège à Québec. Mais la donne va changer si elle gagne, explique-t-elle.

« Si Mme Ouellet remporte cette course à la chefferie-là, je pense qu'elle doit se questionner sur sa capacité à représenter les gens de Vachon », a dit Mme Massé.

Un député de l'Assemblée nationale doit se faire le porte-parole de sa circonscription et de ses habitants, selon Mme Massé. Elle voit mal comment Mme Ouellet pourra s'acquitter de cette tâche tout en dirigeant un parti fédéral, dont les responsabilités sont complètement différentes.

« On n'est pas en France ici, a dit Mme Massé. La double-tâche à temps plein, ça ne fait pas partie de nos moeurs. »

Bien qu'elle reste députée de Vachon, Martine Ouellet s'est retirée du caucus du Parti québécois et compte siéger comme indépendante.

Comme élue de l'Assemblée nationale, Mme Ouellet touche un salaire de base de 90 850$. À cela s'ajoutent une allocation annuelle de dépenses non-imposable de 16 730$, le remboursement de ses frais de déplacement ainsi qu'un remboursement de frais de logement qui peut atteindre 15 300$.

Martine Ouellet a refusé la demande d'entrevue de La Presse lundi.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer