Un référendum devrait être reporté à un 3e mandat, selon Landry

Un éventuel gouvernement Lisée ne doit surtout pas... (Photo André Pichette, archives La Presse)

Agrandir

Un éventuel gouvernement Lisée ne doit surtout pas courir le risque de perdre un troisième référendum, un scénario qui serait catastrophique pour le Québec, a prévenu l'ex-premier ministre.

Photo André Pichette, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
Québec

Le prochain gouvernement péquiste devra évaluer la pertinence de reporter la tenue d'un référendum sur la souveraineté à un troisième mandat, selon l'ex-premier ministre Bernard Landry.

L'actuel chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée, s'est pourtant fait élire en s'engageant à tenir un référendum dans un deuxième mandat, entre 2022 et 2026, après avoir renoncé à consulter la population sur le statut du Québec lors d'un premier mandat.

Or, malgré cet engagement, il vaudrait mieux s'abstenir de poser la grande question au peuple lors d'un deuxième mandat, si les circonstances ne sont toujours pas favorables à la victoire du Oui, selon Bernard Landry.

Un éventuel gouvernement Lisée ne doit surtout pas courir le risque de perdre un troisième référendum, un scénario qui serait catastrophique pour le Québec, a prévenu l'ex-premier ministre, lors d'une entrevue téléphonique récente avec La Presse canadienne.

«Personne ne veut qu'on perde un autre référendum», après les défaites amères de 1980 et 1995, si dures à encaisser, a fait valoir l'ancien chef péquiste, qui avait été sollicité pour savoir quel bilan il traçait des 100 premiers jours de Jean-François Lisée à la tête du PQ.

«Comme disait (l'ancien chef péquiste) André Boisclair, on n'est pas des kamikazes!», ajoute M. Landry, pour justifier un éventuel report à un hypothétique troisième mandat d'affilée du PQ, qui irait de 2026 à 2030.

Cet éternel militant pour l'indépendance, ardent défenseur de «cette cause nationale essentielle» et toujours actif à près de 80 ans, se dit convaincu qu'une autre défaite des souverainistes aurait «des conséquences incalculables» pour le Québec et le moral des troupes.

Il fait d'ailleurs confiance à son nouveau chef, à ce chapitre. Selon lui, lors d'un second mandat, Jean-François Lisée va «tout faire» pour tenir un référendum «le plus rapidement possible», afin que le Québec devienne enfin un pays, «mais il ne prendra pas la chance d'en perdre un autre».

N'empêche. Le processus d'accession à la souveraineté demeure la raison d'être du PQ et son nouveau chef a pris un engagement ferme à ce propos s'il obtient un deuxième mandat.

De plus, depuis la mi-janvier, cette promesse fait désormais partie intégrante de la proposition principale du parti, qui servira de base au futur programme du PQ, lors du congrès du parti en septembre.

On peut y lire que «lors de l'élection d'octobre 2022, le Parti québécois et ses partenaires indépendantistes demanderont aux Québécois le mandat de réaliser l'indépendance au cours des quatre années qui suivront».

Les sondages indiquent que la ferveur souverainiste perd constamment du terrain. Le plus récent sondage Léger place l'appui à la souveraineté à 35 pour cent dans la population en général et à seulement 23 pour cent parmi les jeunes de 18 à 24 ans.

Avant de tenter de faire la souveraineté, Jean-François Lisée devra d'abord prendre le pouvoir en 2018. Pour ce faire, soutient M. Landry, il devra absolument séduire trois clientèles qui boudent le PQ: les jeunes, les immigrants et les gens de Québec.

L'ex-premier ministre, qui a quitté ses fonctions de chef en 2005, estime que depuis son élection en octobre Jean-François Lisée a connu un parcours sans faute à la tête du PQ. Il lui donne une note parfaite.

Il «a bien réagi à toutes les situations» et «visiblement, il a du talent» pour diriger le Parti québécois, une formation politique reconnue pour entretenir une relation tendue, jamais complaisante, avec ses chefs.

Assurément, Jean-François Lisée «peut rendre de grands services à la cause» souverainiste, estime celui qui avait pourtant choisi d'appuyer Alexandre Cloutier, lors de la course au leadership l'an passé.

À propos de la division du vote francophone nationaliste entre le PQ, la Coalition avenir Québec et Québec solidaire, il dit que le Parti québécois a toujours été une coalition de gens venant de divers horizons et qu'il fallait consolider cet équilibre entre diverses tendances.

Il se montre prudent quand il s'agit d'aborder la question du projet de convergence entre son parti et Québec solidaire, incluant la possibilité que le PQ ne présente pas de candidat dans Gouin, pour favoriser l'élection d'un candidat solidaire. L'important à ses yeux: que les deux partis adoptent «une stratégie qui sert la cause nationale» et que «le résultat soit utile à la nation québécoise».




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer