Amir Khadir exclut toute «alliance» avec le PQ

Le député de Québec solidaire Amir Khadir, lors de... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le député de Québec solidaire Amir Khadir, lors de l'annonce du départ de Françoise David, le 19 janvier

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le député de Québec solidaire Amir Khadir a enterré l'idée de former une « alliance » avec le Parti québécois, hier. Il s'est dit ouvert à des « ententes » ou à des « pactes » dans certaines circonscriptions, mais pas dans Gouin, où se tiendra bientôt une élection partielle.

Lors d'un point de presse, le député de Mercier a lancé un avertissement sans appel à ceux qui rêvent d'une union entre son parti et le PQ.

« Il n'y aura jamais, au grand jamais, une alliance politique entre le Parti québécois, qui est un parti d'austérité, qui est un parti qui a appliqué des politiques néolibérales depuis au moins 1996, le sommet socioéconomique de M. Bouchard... Il n'y aura jamais, jamais, jamais d'alliance politique », a asséné M. Khadir.

Sa déclaration est survenue alors que le PQ envisage de ne pas présenter un candidat lors de l'élection partielle dans Gouin, la circonscription laissée vacante par Françoise David.

Or, M. Khadir exclut toute entente avec le PQ dans le cadre de la partielle dans Gouin. QS présentera un candidat, a-t-il affirmé, et le PQ peut très bien en faire autant.

«La question de céder la place ne se pose ni pour Gouin, ni pour Mercier, ni pour aucune circonscription dans laquelle les deux premiers en lice, les deux qui sont les plus susceptibles de remporter la circonscription, sont des indépendantistes ou des progressistes»

Amir Khadir,
député de Québec solidaire

Aux yeux du député, les seules ententes possibles avec le PQ touchent des circonscriptions où le cumul des votes des deux partis pourrait permettre de battre le Parti libéral ou la Coalition avenir Québec. Cela exclut toute circonscription qui est déjà détenue par un parti souverainiste.

« Si jamais il y a quelque chose, ça pourrait être des ententes limitées de non-agression, des accords de non-concurrence, ce qui n'est pas une alliance », a précisé M. Khadir.

La députée péquiste Véronique Hivon ne s'est pas laissé démonter par les déclarations de M. Khadir. Elle rappelle que les membres de QS ont voté en automne dernier pour un « grand chantier qui se penchera[it] sur la possibilité de convergences et d'alliances avec d'autres mouvements politiques et sociaux ».

CANDIDAT RECHERCHÉ

Les efforts de recrutement battent leur plein dans Gouin, la circonscription vacante depuis que Mme David s'est retirée de la vie politique la semaine dernière. La Presse a révélé samedi que trois personnalités progressistes - Alexandre Boulerice, Laure Waridel et Béatrice Vaugrante - avaient refusé de porter les couleurs de Québec solidaire.

Certains dans les rangs solidaires souhaitent la candidature de l'ancien leader étudiant Gabriel Nadeau-Dubois, qui est toujours en réflexion.

M. Lisée a déclaré mardi qu'il consulterait ses membres, ses députés et d'éventuels candidats avant de décider si son parti présenterait un candidat dans Gouin. Une décision pourrait être prise la semaine prochaine, lors d'une réunion de son caucus à Montréal.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer