Lisée à La Presse: les enjeux identitaires relégués au second plan

Le chef péquiste Jean-François Lisée affirme sans détour... (PHOTO MATHIEU BÉLANGER, LA PRESSE)

Agrandir

Le chef péquiste Jean-François Lisée affirme sans détour que son principal adversaire n'est pas Philippe Couillard, mais bien François Legault, de la CAQ.

PHOTO MATHIEU BÉLANGER, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) L'identité et l'immigration sont désormais des enjeux secondaires pour Jean-François Lisée. Dans une entrevue accordée au bureau parlementaire de La Presse, le nouveau chef du Parti québécois se dit plus préoccupé par l'économie, le développement des régions et la langue. Et il braque ses canons sur celui qu'il considère comme son véritable adversaire, le chef caquiste François Legault.

En entrevue, le chef du PQ étale des priorités bien différentes de celles qui ont marqué sa campagne à la direction. Bien qu'il ne renie pas ses propositions identitaires, il indique sans détour que ce ne sera pas un élément « central » de son leadership.

« Si on avait cinq thèmes essentiels, la laïcité serait un des thèmes, mais ne serait pas dans les trois premiers », résume M. Lisée.

M. Lisée a été élu à la tête du PQ avec une plateforme beaucoup plus musclée que celle de ses adversaires sur l'identité. Il a promis de lancer une campagne incitative pour décourager le port de signes religieux chez les employés de l'État. Il s'est dit ouvert à un débat sur l'interdiction du voile intégral dans l'espace public. Et il a suggéré de réduire le nombre de migrants accueillis au Québec en se basant sur un seuil recommandé par le vérificateur général.

Ces propositions lui ont valu des critiques de ses adversaires. Son rival Alexandre Cloutier l'a accusé de vouloir créer une « charte 3.0 ».

Mais au fil de l'entrevue de 45 minutes dans son bureau de l'Assemblée nationale, le chef de l'opposition assure que ces idées ne sont guère en haut de sa liste de priorités. 

Jean-François Lisée se montre surtout préoccupé par l'économie, par les petites et moyennes entreprises (PME), par la vitalité des régions, par la santé et l'éducation.

Ce sont ces thèmes qu'il compte épouser pour convaincre les Québécois que le PQ est la meilleure solution de rechange au gouvernement Couillard aux élections de 2018.

« La campagne va se faire sur qui est le plus compétent, le plus intéressant et le plus raisonnable pour remplacer le gouvernement Couillard, a dit M. Lisée. Ça va être ça, la grande question de l'élection. »

LA CIBLE : LEGAULT

À cet égard, Jean-François Lisée affirme sans détour que son principal adversaire n'est pas Philippe Couillard, mais bien François Legault. À plusieurs reprises au fil de la conversation, il critique le chef de la Coalition avenir Québec, qu'il dépeint comme un leader qui verse dans l'« excès » et qui « sort le bazooka » plutôt que de chercher des solutions « raisonnables ».

«On voit bien que François Legault a des qualités. Mais il est impulsif, il est excessif et il n'a pas d'équipe.»

Jean-François Lisée

Si M. Lisée a le chef caquiste dans sa ligne de mire, c'est parce qu'il est clair à ses yeux que le Parti libéral est en chute libre. Il n'a obtenu que 31 % des intentions de vote dans un récent sondage et il s'attend à ce que ses appuis chutent encore davantage.

« La démonstration de l'inaptitude du gouvernement est pas mal faite, a-t-il résumé. Je ne pense pas [que les libéraux] s'en remettent vraiment d'ici deux ans, compte tenu de l'équipe qu'ils ont, compte tenu du désert d'idées qu'ils ont et de la perte de militants qu'ils ont. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer