Churchill Falls: Québec veut «enterrer la hache de guerre» avec Terre-Neuve

Des lignes de transmission électrique à Churchill Falls.... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Des lignes de transmission électrique à Churchill Falls.

Photothèque Le Soleil

(QUÉBEC) Le gouvernement Couillard envisage de rouvrir l'entente controversée sur le projet hydroélectrique de Churchill Falls afin «d'enterrer la hache de guerre» avec Terre-Neuve-et-Labrador.

Le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, a confirmé mardi que le premier ministre Philippe Couillard discute de cette possibilité avec son homologue terre-neuvien Dwight Ball.

«Le premier ministre discute de la possibilité, actuellement, d'enterrer la hache de guerre entre le Québec et Terre-Neuve, parce que nous sommes toujours en cour depuis nombre d'années entre Hydro-Québec et Terre-Neuve», a déclaré M. Arcand.

Ce dossier est discuté «au plus haut niveau» du gouvernement, a précisé M. Arcand. Mais il ignore pour l'heure s'il y a une «ouverture» du côté de Terre-Neuve-et-Labrador.

Les deux provinces ont signé en 1969 une entente qui garantit à Hydro-Québec la grande majorité de l'électricité produite à la centrale de Churchill Falls, et ce, à un prix très avantageux.

Terre-Neuve a contesté l'entente 17 fois devant les tribunaux et a perdu chaque fois. 

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a proposé ce week-end de forger une série de partenariats avec d'autres provinces pour lancer de nouveaux projets hydroélectriques. Pour ce faire, il a proposé de rouvrir l'entente de Churchill Falls.

M. Arcand a jugé «totalement irréaliste» la proposition du chef caquiste. Il a fait valoir qu'Hydro-Québec produit déjà plus d'électricité qu'elle en a besoin, et que tout projet de construction risque d'entraîner une hausse tarifaire pour les consommateurs.

Le gouvernement fédéral a récemment rehaussé sa garantie de prêts pour la réalisation du projet hydroélectrique Muskrat Falls, à Terre-Neuve-et-Labrador. Cette aide additionnelle de 2,9 milliards vise à aider la société d'État Nalcor Energy à composer avec les nombreux dépassements de coûts de son projet.

Cette aide a été vivement contestée par le gouvernement du Québec, qui a réclamé à son tour une aide fédérale au motif qu'Ottawa n'a jamais aidé Hydro-Québec à développer son réseau. Dans une lettre ouverte, le ministre des Affaires intergouvernementales, Jean-Marc Fournier, a proposé un «regard nouveau» sur les relations entre Québec et Terre-Neuve-et-Labrador.




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer