Churchill Falls: Québec veut «enterrer la hache de guerre» avec Terre-Neuve

Des lignes de transmission électrique à Churchill Falls.... (Archives)

Agrandir

Des lignes de transmission électrique à Churchill Falls.

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Le gouvernement Couillard envisage de rouvrir l'entente controversée sur le projet hydroélectrique de Churchill Falls afin «d'enterrer la hache de guerre» avec Terre-Neuve-et-Labrador.

Le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, a confirmé mardi que le premier ministre Philippe Couillard discute de cette possibilité avec son homologue terre-neuvien Dwight Ball.

«Le premier ministre discute de la possibilité, actuellement, d'enterrer la hache de guerre entre le Québec et Terre-Neuve, parce que nous sommes toujours en cour depuis nombre d'années entre Hydro-Québec et Terre-Neuve», a déclaré M. Arcand.

Ce dossier est discuté «au plus haut niveau» du gouvernement, a précisé M. Arcand. Mais il ignore pour l'heure s'il y a une «ouverture» du côté de Terre-Neuve-et-Labrador.

Les deux provinces ont signé en 1969 une entente qui garantit à Hydro-Québec la grande majorité de l'électricité produite à la centrale de Churchill Falls, et ce, à un prix très avantageux.

Terre-Neuve a contesté l'entente 17 fois devant les tribunaux et a perdu chaque fois. 

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a proposé ce week-end de forger une série de partenariats avec d'autres provinces pour lancer de nouveaux projets hydroélectriques. Pour ce faire, il a proposé de rouvrir l'entente de Churchill Falls.

M. Arcand a jugé «totalement irréaliste» la proposition du chef caquiste. Il a fait valoir qu'Hydro-Québec produit déjà plus d'électricité qu'elle en a besoin, et que tout projet de construction risque d'entraîner une hausse tarifaire pour les consommateurs.

Le gouvernement fédéral a récemment rehaussé sa garantie de prêts pour la réalisation du projet hydroélectrique Muskrat Falls, à Terre-Neuve-et-Labrador. Cette aide additionnelle de 2,9 milliards vise à aider la société d'État Nalcor Energy à composer avec les nombreux dépassements de coûts de son projet.

Cette aide a été vivement contestée par le gouvernement du Québec, qui a réclamé à son tour une aide fédérale au motif qu'Ottawa n'a jamais aidé Hydro-Québec à développer son réseau. Dans une lettre ouverte, le ministre des Affaires intergouvernementales, Jean-Marc Fournier, a proposé un «regard nouveau» sur les relations entre Québec et Terre-Neuve-et-Labrador.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer