Le PQ lance ses propres assemblées de cuisine

Le conseiller spécial du chef du PQ, Paul... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

Le conseiller spécial du chef du PQ, Paul St-Pierre Plamondon, a présenté une vingtaine d'« ambassadeurs » qui seront chargés de sillonner la province à la rencontre des Québécois, le 13 novembre à Montréal.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Hachey

Pour la deuxième fois cet automne, les Québécois sont conviés à des assemblées de cuisine destinées à repenser la façon de faire de la politique dans la province. Cette fois, c'est le Parti québécois qui lance une consultation citoyenne, dans l'espoir de se redéfinir et de « redevenir la voix de la relève, de la diversité et des bâtisseurs du Québec ».

Après l'initiative « Faut qu'on se parle », une consultation non partisane lancée en septembre par Jean-Martin Aussant et Gabriel Nadeau Dubois, voici donc l'initiative « Osez repenser le PQ », dévoilée dimanche matin à Montréal par Paul St-Pierre Plamondon, conseiller spécial du chef du PQ, Jean-François Lisée. 

Il ne s'agit rien de moins que d'inviter les Québécois - et en particulier les entrepreneurs, les jeunes et les minorités culturelles - à redéfinir le parti de René Lévesque. « Au cours des prochains mois, on veut s'adresser à ces trois groupes et leur demander, très honnêtement, très directement : ''comment le PQ peut-il redevenir le point de rassemblement de tous ceux qui ont à coeur le Québec ?'' », explique M. St-Pierre Plamondon.

Le conseiller a présenté une vingtaine d'« ambassadeurs » qui seront chargés de sillonner la province à la rencontre des Québécois. Un peu comme l'initiative « Faut qu'on se parle », admet M. St-Pierre Plamondon, ajoutant toutefois que cette consultation sera plus « concrète ». Il ne s'agit pas de demander aux gens « quelles seraient, dans un monde idéal, les meilleures politiques publiques », dit-il, mais de se donner les moyens de battre le Parti libéral en 2018.

« Une majorité des Québécois conviennent que le gouvernement actuel est hautement problématique sur le plan de la corruption, des conflits d'intérêts », dit-il. Or, le vote de l'électorat est trop souvent divisé en faveur du PLQ. L'idée est donc de dépoussiérer le programme péquiste afin de le rendre plus attrayant auprès des Québécois.

« Les ambassadeurs iront parler à ceux qui ont des réserves, ou qui ont déjà voté PQ et qui ne votent plus PQ. Évidemment, on va parler aux membres pour connaître leur perception sur l'évolution du parti, mais dans les faits, il faut avoir l'honnêteté de demander à des gens qui ne votent plus PQ ce qu'ils en pensent. »

M. St-Pierre Plamondon assure que cette consultation débouchera sur des « réformes » au congrès péquiste de 2017. Et si les personnes consultées remettaient en question l'article 1 du parti sur l'indépendance du Québec ? « On est soumis à un processus démocratique au congrès. Il faut respecter la démocratie interne du parti. Mais le chef a une intention très affirmée de tenir cette consultation. »

Selon M. St-Pierre Plamondon, ce genre d'initiative populaire pourrait être le remède à la grogne anti-élites qui a mené à l'élection surprise de Donald Trump aux États-Unis. « Le message de [dimanche] matin, c'est que le Québec mérite mieux que du Donald Trump. [...] Le PQ donne carte blanche à la relève, à la diversité et aux gens d'affaires pour repenser le parti. »

Les Québécois sont invités à s'inscrire à la consultation citoyenne via le site internet osezrepenserlepq.quebec.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer