Lisée mérite d'être associé aux «partis populistes d'Europe», dit St-Pierre

Christine St-Pierre... (Archives La Presse, David Boily)

Agrandir

Christine St-Pierre

Archives La Presse, David Boily

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) En raison de la manière dont il a fait campagne, Jean-François Lisée mérite d'être associé aux « partis populistes d'Europe », a affirmé mercredi la ministre des Relations internationales, Christine St-Pierre.

Plusieurs ministres arrivant à la réunion hebdomadaire du cabinet ont marché sur des oeufs lorsque questionnés sur les commentaires de Philippe Couillard au sujet du nouveau chef de l'opposition. Lors d'un voyage en Islande, le premier ministre a déclaré qu'avec M. Lisée à sa tête, le Parti québécois a « une parenté familière » avec les partis populistes européens.

Aux yeux de Mme St-Pierre, cette attaque était pleinement justifiée. Elle a rappelé que ses prises de position sur la question identitaire lui ont valu de sévères critiques de ses propres collègues pendant la course à la direction. Elle cite en exemple le député Maka Kotto, qui l'a accusé « d'agiter des vecteurs qui chatouillent la part sombre de nos âmes ».

« Je pense que M. Lisée a joué dans ces eaux-là, dans ces secteurs-là, il est allé chasser dans ces terres-là, a dit Mme St-Pierre. Il a dit qu'Alexandre Cloutier avait l'appui d'Adil Charkaoui. »

« On le félicite pour cette course qu'il a menée et nous voulons travailler - et il doit travailler avec nous - pour faire en sorte que le Québec soit prospère et que nous soyons, surtout, surtout, ouverts sur le monde », a-t-elle ajouté.

Plus tôt, ses collègues s'étaient montrés prudents, refusant de réitérer les critiques du premier ministre à l'égard du nouveau chef péquiste.

« Je n'ai pas de commentaire à formuler là-dessus », a dit la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée.

« Par moments, bien M. Lisée, c'est M. Lisée, a simplement dit la ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois. Je ne commenterai pas davantage. »

Même le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, s'est abstenu, lui qui n'a pas l'habitude de retenir ses coups face au PQ.

« J'ai un principe fondamental que j'exprime souvent devant vous: je n'entre pas sur le terrain de mes collègues et certainement pas sur le terrain du premier ministre », a expliqué M. Barrette à un journaliste qui s'étonnait de sa retenue.

- Avec la collaboration de Tommy Chouinard

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer