Jean-François Lisée élu chef du Parti québécois

  • Jean-François Lisée a reçu l'appui de 50,63 % des militants qui se sont exprimés. (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

    Plein écran

    Jean-François Lisée a reçu l'appui de 50,63 % des militants qui se sont exprimés.

    PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

  • 1 / 7
  • Alexandre Cloutier a subi une défaite sans appel, recueillant quelque 30 % des voix au premier tour. (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

    Plein écran

    Alexandre Cloutier a subi une défaite sans appel, recueillant quelque 30 % des voix au premier tour.

    PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

  • 2 / 7
  • Martine Ouellet a attiré respectivement 16 puis 18 % des voix. (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

    Plein écran

    Martine Ouellet a attiré respectivement 16 puis 18 % des voix.

    PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

  • 3 / 7
  • Paul Saint-Pierre-Plamondon a été éliminé au premier tour avec 7 % d'appui. (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

    Plein écran

    Paul Saint-Pierre-Plamondon a été éliminé au premier tour avec 7 % d'appui.

    PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

  • 4 / 7
  • Le député de Jonquière Sylvain Gaudreault était chef par intérim pendant la course à la direction du Parti québécois. (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

    Plein écran

    Le député de Jonquière Sylvain Gaudreault était chef par intérim pendant la course à la direction du Parti québécois.

    PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

  • 5 / 7
  • Le député d'Abitibi-Ouest François Gendron, doyen des députés siégeant à l'Assemblée nationale. (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

    Plein écran

    Le député d'Abitibi-Ouest François Gendron, doyen des députés siégeant à l'Assemblée nationale.

    PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

  • 6 / 7
  • Le président du Parti québécois, Raymond Archambault. (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

    Plein écran

    Le président du Parti québécois, Raymond Archambault.

    PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

  • 7 / 7

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jean-François Lisée est devenu vendredi soir le neuvième chef de l'histoire du Parti québécois (PQ), remontant une pente abrupte pour doubler le meneur initial de la course. Il s'est empressé de panser les plaies après une course acrimonieuse.

L'ex-conseiller politique de Jacques Parizeau a remporté la course au deuxième tour de scrutin, avec l'appui de 50,63 % des militants qui se sont exprimés. Les membres du PQ ont ainsi choisi de mettre en veilleuse le projet de référendum sur la souveraineté du Québec au moins jusqu'en 2022. 

«Ce soir, c'est notre victoire à tous», a affirmé le nouveau chef péquiste, quelques secondes après l'annonce des résultats. 

«Vous nous avez vus nous asticoter un peu, beaucoup, passionnément. [...] Après un bon match où on a donné son maximum - et on a donné notre maximum - les joueurs vont prendre un verre ensemble pour célébrer ce qu'ils ont en commun.»

S'adressant directement à Alexandre Cloutier, il lui a tendu la main : «Le livre de nos victoires à venir, veux-tu, on va l'écrire ensemble».

M. Cloutier a subi une défaite sans appel, recueillant quelque 30 % des voix au premier tour - contre 47 % pour Jean-François Lisée - et 32 % au second. Martine Ouellet a attiré respectivement 16 puis 18 % des voix, alors que Paul Saint-Pierre-Plamondon a été éliminé au premier tour avec 7 % d'appui.

M. Lisée, qui représente la circonscription de Rosemont à l'Assemblée nationale, a fait de Philippe Couillard son nouvel adversaire principal, en l'attaquant sur l'austérité budgétaire et sur les controverses qui l'affligent. 

«Les jours du gouvernement Couillard sont comptés», a-t-il lancé. Et à l'endroit des électeurs libéraux dubitatifs, il a ajouté : «Il n'y a pas de honte à avoir honte d'un gouvernement honteux.»

«On aime trop le Québec pour le laisser à un gouvernement toxique. Admettre qu'on ne fait pas de référendum dans un premier mandat, ce n'est pas facile. Mais j'ai l'absolue conviction que pour faire la souveraineté, il fallait prendre le chemin que je propose.»

Jean-François Lisée

«J'ai dit depuis le début que comme René Lévesque, Jacques Parizeau et Pauline Marois, je crois que l'identité est au coeur de la vie québécoise et de la proposition du Parti québécois. M. Lévesque appelait ça la différence vitale du Québec, le mot identitaire n'était pas encore à la mode. J'ai fait des propositions, Alexandre aussi, maintenant on va trouver un point d'équilibre pour le congrès et les élections. Il y a une différence entre être candidat et être chef. Il va falloir trouver un point d'équilibre.»

Jean-François Lisée
Live Blog Élection du nouveau chef du Parti québécois: notre couverture en direct

Trois membres du PQ sur quatre ont exprimé leur préférence au cours du scrutin de trois jours, soit quelque 55 000 sur un total de 73 000. Il s'agit d'un taux un plus élevé que lors de la dernière course.

Une course difficile

La course a été marquée par les attaques parfois brutales envers le député Alexandre Cloutier, considéré comme meneur au début de la course, ainsi que par les dures critiques de Martine Ouellet envers ses opposants.

Dans les derniers jours, M. Cloutier a lui-même qualifié de «tournant» le moment où Jean-François Lisée a raillé l'«appui public» du prédicateur controversé Adil Charkaoui au député d'Alma. «Cloutier plaide pour l'ouverture et le renouveau alors que Lisée s'enfonce dans un débat identitaire», avait affirmé M. Charkaoui sur les réseaux sociaux. Le député de Rosemont avait ensuite qualifié son intervention de «facétieuse».

La députée de Vachon, pour sa part, a qualifié à répétition de «provincialistes» ses adversaires moins pressés qu'elle à déclencher un référendum sur la souveraineté du Québec.

Les noms de quatre candidats figuraient sur le bulletin de vote, après le retrait de Véronique Hivon, fin août. La députée de Joliette est atteinte d'une labyrinthite qui la force au repos, au point d'être absente vendredi soir.

Si elle était le principal appui d'Alexandre Cloutier lors de la course de l'année dernière, elle est demeurée neutre jusqu'à la fin. Les quatre candidats «ont fait campagne sans relâche et qui ont porté avec conviction leurs idées et leur vision de l'avenir du Parti québécois et de celui du Québec», a-t-elle écrit sur sa page Facebook, se gardant bien d'afficher sa préférence. «Qu'importe le résultat respectif qu'ils connaîtront, ils auront su plonger, travailler, argumenter, débattre, convaincre.»

La course qui s'est terminée vendredi avait été déclenchée au printemps dernier, dans la foulée de la démission de Pierre Karl Péladeau de la tête de la formation politique. Le magnat des communications avait été élu onze mois plus tôt, coiffant facilement Alexandre Cloutier et Martine Ouellet.

«Félicitations Jean-François. Bravo aux candidat/es», a écrit l'ex-chef sur Twitter. «Le Québec et les Québécois continueront à s'épanouir avec le grand parti historique.»

Appels à l'unité

À leur arrivée au centre des congrès de Lévis, les candidats ont tous tenu à rassurer les militants sur l'unité de leur formation politique avec des promesses de ralliement sans réserve - ou presque.

«Il n'y a pas de problème de division, a fait valoir Alexandre Cloutier. On débat, on discute, c'est normal qu'il y ait un échange d'idées. L'inverse serait une occasion manquée. C'est normal qu'on exprime des points de vue différents et qu'on veuille donner des orientations différentes à notre formation politique. Dès demain, en fait dès ce soir, ce sera la grande réconciliation. On aura une période de transition. On va passer un bon moment ensemble, j'en suis convaincu.»

Martine Ouellet, pour sa part, a promis de se ranger derrière le nouveau chef, sans toutefois renoncer à ses idées. Les opinions opposées sur la souveraineté entendues pendant la course, «ça ne m'inquiète pas pour la suite des choses», a-t-elle dit. «Ça démontre la nécessité de débat au sein du PQ. Des congrès aux six ans, c'est beaucoup trop long. [...] On se rend compte que quand on ne se parle pas, à un moment donné les positions commencent à être différentes.»

Même son de cloche du côté de l'ex-chef Pauline Marois. «Je ne crains pas pour la suite des choses et le message que j'envoie aux militants et à ceux qui ont été dans la course: c'est le temps du ralliement, peu importe qui sera la personne qui prendra les destinées du Parti québécois, il faut qu'on se rallie», a-t-elle dit dans un bref point de presse.

- Avec la collaboration de Martin Croteau, La Presse

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer