Course à la direction du PQ: que proposent les candidats?

Paul St-Pierre-Plamondon, Jean-Francois Lisée, Alexandre Cloutier et Martine... (Jacques Boissinot, archives PC)

Agrandir

Paul St-Pierre-Plamondon, Jean-Francois Lisée, Alexandre Cloutier et Martine Ouellet.

Jacques Boissinot, archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le nouveau chef du PQ sera connu ce soir au terme de trois jours de vote des militants. La course a été marquée par de vifs échanges sur la mécanique référendaire et la question identitaire. Mais Alexandre Cloutier, Jean-François Lisée, Martine Ouellet et Paul St-Pierre Plamondon se distinguent à bien d'autres égards. Voici un tour d'horizon de leurs engagements.

INDÉPENDANCE ET MÉCANIQUE RÉFÉRENDAIRE

ALEXANDRE CLOUTIER

  • Décider six mois avant les élections de 2018 de tenir ou pas un référendum dans un premier mandat péquiste.

JEAN-FRANÇOIS LISÉE

  • Ne pas tenir de référendum avant 2022. Dans un premier mandat péquiste, ne pas utiliser de fonds publics pour promouvoir l'indépendance.

MARTINE OUELLET

  • Tenir un référendum dès un premier mandat péquiste.

PAUL ST-PIERRE PLAMONDON

  • Ne pas tenir de référendum dans un premier mandat. Permettre à la population de déclencher un référendum sur l'indépendance dans un second mandat. Pour ce faire, 20 % des électeurs devraient signer et un sondage gouvernemental devrait prouver que 45 % des Québécois sont favorables à la souveraineté.

LAÏCITÉ ET IMMIGRATION

ALEXANDRE CLOUTIER

  • Adopter les recommandations du rapport Bouchard-Taylor sur l'interdiction du port de signes religieux chez les fonctionnaires en situation d'autorité. Ne pas appliquer cette mesure aux enseignants. Éviter toute mise à pied chez les employés actuels de l'État.

JEAN-FRANÇOIS LISÉE

  • Adopter les recommandations du rapport Bouchard-Taylor sur l'interdiction du port de signes religieux chez les fonctionnaires en situation d'autorité. Ajouter les enseignants à cette catégorie. Utiliser une approche incitative pour décourager les autres employés de l'État de porter des signes religieux.
  • Réduire le nombre d'immigrants. Mandater le vérificateur général pour qu'il recommande un seuil d'immigration adéquat au regard de la capacité d'accueil du Québec.

MARTINE OUELLET

  • Améliorer la reconnaissance des diplômes des nouveaux arrivants. Remettre en place les Centres d'orientation et de formation des immigrants (COFI) pour améliorer la francisation.

PAUL ST-PIERRE PLAMONDON

  • Adopter les recommandations du rapport Bouchard-Taylor sur l'interdiction du port de signes religieux chez les fonctionnaires en situation d'autorité. Éviter toute mise à pied chez les employés actuels de l'État. Interdire le voile intégral et tout autre vêtement qui cache le visage dans l'espace public.
  • Imposer la francisation obligatoire des immigrants. Adopter un plan de lutte contre la discrimination raciale à l'emploi et un plan de prévention de la ghettoïsation et de la radicalisation.

SANTÉ

ALEXANDRE CLOUTIER

  • Accorder plus d'autonomie aux infirmières praticiennes spécialisées. Favoriser l'essor d'un réseau de cliniques sans médecin. Abolir le droit à l'incorporation des médecins.
  • Améliorer la couverture médicale dans les groupes de médecine familiale (GMF) les soirs et les fins de semaine.

JEAN-FRANÇOIS LISÉE

  • Geler le salaire des médecins pour une période de cinq à dix ans. Remplacer la rémunération à l'acte des médecins par la rémunération mixte.
  • Abolir le droit à l'incorporation des médecins et des autres professionnels qui fournissent des services publics payés par l'État.

MARTINE OUELLET

  • Implanter des CLSC ouverts 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 pour désengorger les urgences. Intégrer à ces établissements des cliniques d'infirmières praticiennes.
  • Regrouper les régimes privés d'assurance médicaments et le régime public afin de créer un seul régime d'assurance universel. Une stratégie qui générerait des économies de 3 milliards.

PAUL ST-PIERRE PLAMONDON

  • Recréer l'Association québécoise d'établissements de santé et de services sociaux. Rétablir le poste de commissaire à la santé et aux services sociaux. Hausser le financement de la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ).
  • Remplacer la rémunération à l'acte des médecins par une rémunération mixte.

ÉDUCATION

ALEXANDRE CLOUTIER

  • Investir 1 milliard par année en éducation et en enseignement supérieur. Déployer la maternelle à 4 ans dans tous les milieux défavorisés. Fournir gratuitement les fournitures scolaires à toutes les familles.
  • Instaurer la « gratuité effective » pour les étudiants universitaires issus de ménages gagnant 74 000 $ ou moins, soit 50 % des familles québécoises.

JEAN-FRANÇOIS LISÉE

  • Investir 500 millions pour améliorer l'accès à l'enseignement supérieur, mieux financer la recherche et attirer davantage d'étudiants étrangers.
  • Instaurer la « gratuité effective » pour les étudiants universitaires issus de ménages gagnant moins de 75 000 $. Hausser ce plafond à 115 000 $ dans un deuxième mandat péquiste.

MARTINE OUELLET

  • Investir 600 millions pour permettre la gratuité scolaire de la maternelle à l'université. Investir 50 millions pour augmenter le nombre de spécialistes qui accompagnent les enseignants, comme les orthophonistes et les orthopédagogues.
  • Reconnaître et baliser le droit de grève pour éviter les dérives comme celles du « printemps érable ».

PAUL ST-PIERRE PLAMONDON

  • Réformer l'enseignement en valorisant l'acquisition des connaissances plutôt que l'acquisition des compétences. Créer un ordre professionnel pour les enseignants. Rehausser les exigences d'admission dans le programme d'enseignement.
  • Réintroduire les cours d'histoire, de formation personnelle et sociale et de formation à la citoyenneté et à la démocratie.

DÉVELOPPEMENT DURABLE

ALEXANDRE CLOUTIER

  • Lancer dans un premier mandat la construction d'un train rapide qui reliera Montréal et Québec en moins de deux heures.
  • Réformer l'utilisation du Fonds vert afin que les deux tiers de ses investissements financent des projets de transports en commun. Bonifier les incitatifs à l'achat de voitures électriques. Électrifier le parc de véhicules du gouvernement.

JEAN-FRANÇOIS LISÉE

  • Modifier le fonctionnement du BAPE, notamment pour qu'il favorise la participation populaire et pour qu'il tienne compte des émissions de gaz à effet de serre dans ses évaluations.
  • S'opposer à l'exploitation du pétrole et du gaz de schiste sur le territoire du Québec. Indemniser les partenaires du gouvernement dans le consortium Hydrocarbures Anticosti.

MARTINE OUELLET

  • Investir dans l'électrification des transports afin que 8000 autobus scolaires, 3000 autobus municipaux, un million de voitures et 150 000 camions légers soient électriques d'ici 2030.
  • S'opposer à l'exploitation du pétrole et du gaz de schiste sur l'île d'Anticosti. Refuser de dédommager les partenaires du consortium Hydrocarbures Anticosti.

PAUL ST-PIERRE PLAMONDON

  • Tenir une enquête publique sur le transport du pétrole par rail au Québec.
  • Investir massivement dans les transports collectifs sans réduire le budget d'entretien et de réfection des routes. Créer une politique de l'aménagement, de l'urbanisme et du développement durable pour freiner l'étalement urbain, notamment par la fixation des périmètres urbains.

ÉCONOMIE ET FISCALITÉ

ALEXANDRE CLOUTIER

  • Élargir le mandat d'Investissement Québec pour mieux soutenir les entreprises en région. Relancer le programme des « gazelles » du gouvernement Marois, qui prévoyait d'accompagner 100 entreprises promises à une forte croissance.
  • Rétablir la taxe sur le capital des institutions financières. Mettre fin à l'optimisation fiscale des fiducies familiales. Imposer un plafond à vie sur les contributions aux comptes d'épargne libres d'impôt (CELI). Taxer les transactions en ligne.

JEAN-FRANÇOIS LISÉE

  • Redéfinir la mission de la Caisse de dépôt et placement et d'Investissement Québec pour qu'ils stimulent davantage l'économie québécoise et qu'ils protègent les sièges sociaux.
  • Créer un groupe « Priorité PME » chargé de réduire la paperasse et les obstacles administratifs pour les petites entreprises. Hausser le salaire minimum à 15 $ l'heure.

MARTINE OUELLET

  • Adopter un plan de développement économique doté d'une enveloppe de 15 milliards d'ici 2030 pour encourager l'innovation technologique et industrielle.
  • Améliorer l'accès à l'internet rapide en région, quitte à nationaliser les entreprises de télécommunications si elles ne coopèrent pas au plan gouvernemental.

PAUL ST-PIERRE PLAMONDON

  • Implanter le rapport Godbout pour réduire les inégalités et accroître l'assiette fiscale du Québec. Porter le montant d'exemption personnelle d'impôt à 20 000 $.
  • Restaurer la marque « Produit du Québec ». Adopter un plan pour retrouver une balance commerciale positive. Relancer les CLD, réinvestir dans les infrastructures et la formation en région.

VIE DÉMOCRATIQUE

ALEXANDRE CLOUTIER

  • Créer un Conseil constitutionnel québécois pour statuer sur des enjeux constitutionnels.
  • Mettre fin au financement du lieutenant-gouverneur. Abolir la prestation de serment des députés à la reine d'Angleterre.

JEAN-FRANÇOIS LISÉE

  • Réformer dans un premier mandat péquiste le mode de scrutin. Introduire, dès l'élection de 2022, le scrutin proportionnel mixte pour que l'Assemblée nationale compte 75 sièges de circonscription et 50 sièges de listes.

MARTINE OUELLET

  • Tenir un « caucus extraordinaire » des députés péquistes au lendemain de l'élection du chef afin de restaurer l'unité et de placer l'indépendance au coeur des priorités du parti.
  • Réformer les statuts du PQ afin qu'il tienne un congrès tous les deux ans plutôt que tous les six ans, ainsi que quatre conseils nationaux par année plutôt que deux.

PAUL ST-PIERRE PLAMONDON

  • Réformer le mode de scrutin dans un premier mandat péquiste.
  • Réformer le Parti québécois avec un plan de recrutement des moins de 40 ans. Imposer la neutralité aux exécutifs régionaux et nationaux, ainsi que la permanence du parti lors des investitures et des courses à la direction. Présenter un nombre de candidats issus des communautés culturelles qui soit représentatif de la démographie québécoise.

CULTURE ET LANGUE

ALEXANDRE CLOUTIER

  • Créer un passeport culture doté d'un crédit de 50 $ pour les étudiants du secondaire et les immigrants afin de les encourager à découvrir la culture francophone québécoise.
  • Appliquer la loi 101 aux entreprises qui relèvent du Code canadien du travail comme les banques et les compagnies d'assurances, afin de renforcer la place du français dans tous les milieux de travail.

JEAN-FRANÇOIS LISÉE

  • Utiliser la loi 101 pour forcer des portails comme iTunes, Netflix et Spotify à présenter un seuil de 65 % d'oeuvres québécoises (en français et en anglais) sur leurs pages d'accueil.
  • Doubler le budget du ministère de la Culture, pour qu'il compte pour 2 % des dépenses de l'État.

MARTINE OUELLET

  • Restaurer les dispositions de la loi 101 qui touchent la législation, la justice et l'affichage. Recourir à la disposition de dérogation (clause nonobstant) si la Cour suprême invalide la mesure.
  • Étendre les dispositions de la loi 101 aux entreprises qui relèvent du Code canadien du travail comme les banques et les sociétés d'assurances.

PAUL ST-PIERRE PLAMONDON

  • Faire davantage de place à la culture francophone dans l'enseignement primaire et secondaire. Encourager plus d'activités parascolaires liées à la culture.
  • Accroître le soutien financier à la culture québécoise. Soutenir la création d'infrastructures collectives et culturelles.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer