Jean-François Lisée continuera de parler d'immigration

Jean-François Lisée est le seul aspirant-chef du PQ... (Photo Patrice Laroche, Le Soleil)

Agrandir

Jean-François Lisée est le seul aspirant-chef du PQ qui remette en question le seuil d'immigration de 50 000 nouveaux arrivants par année.

Photo Patrice Laroche, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) N'en déplaise à ses adversaires politiques et aux apôtres de la « rectitude politique », Jean-François Lisée entend continuer de parler d'immigration, a affirmé le candidat à la direction du Parti québécois, mardi.

À son arrivée à l'Assemblée nationale, le député de Rosemont a assuré qu'il s'avancera « sans inhibition » sur des sujets sensibles tels que l'immigration.

« Je pense qu'au global, malgré les remous que ça peut créer d'un jour à l'autre, les gens voient que je suis ferme, je suis nuancé et que je ne me laisse pas intimider, a-t-il dit. Je pense que ce que je propose, c'est pour le bien commun et la rectitude politique ne va pas m'empêcher de proposer des mesures de bien commun. »

M. Lisée est le seul aspirant-chef du PQ qui remette en question le seuil d'immigration de 50 000 nouveaux arrivants par année. Il propose de demander au vérificateur général d'émettre des recommandations au gouvernement à cet égard.

Il a également eu une prise de bec très musclée avec son rival Alexandre Cloutier sur l'interdiction du port des signes religieux dans la fonction publique.

Lundi, il s'est attiré plusieurs critiques pour avoir qualifié d'«immigration parfaite» le recrutement de candidats dans des salons « en France, en Belgique ou à Barcelone ». M. Lisée s'est défendu de privilégier exclusivement une immigration européenne, précisant qu'il est ouvert à recruter à Tanger, Bamako ou Shanghai.

Cette sortie lui a néanmoins valu des critiques de son collègue Maka Kotto, un partisan d'Alexandre Cloutier. Celui-ci l'a accusé d'agiter « des vecteurs qui chatouillent la part sombre de nos âmes ».

Bien qu'il ait pris connaissance des nuances apportées par M. Lisée, M. Kotto n'a pas renié ses propos mardi. Il a laissé entendre que le député a manqué de « délicatesse » en abordant un sujet explosif dans le cadre de la course.

« Amener ce débat dans le contexte de la course actuelle au PQ, c'est imprudent, a dit M. Kotto. Il faut dépolitiser ce débat. Vous savez que ce sont des sujets qui peuvent soulever des passions, qui peuvent déraper. »

Alexandre Cloutier a pour sa part dit souhaiter que les débats portent surtout sur des « enjeux prioritaires » tels que l'éducation, la santé et l'accès à la justice. Mais il a convenu que l'immigration peut faire l'objet de débats.

« C'est un enjeu qui peut être discuté, a-t-il dit. Maintenant, je pense qu'il y a eu des propos inhabiles. »

Quant à Martine Ouellet, elle a critiqué la manière dont M. Lisée utilise l'enjeu de l'immigration dans le cadre de la course. « Je trouve ça dommage de voir que Jean-François utilise ce dossier-là avec des campagnes de peur pour essayer de créer une controverse dans une perspective très clientéliste », a-t-elle dit.

Le débat a eu des échos du côté libéral de l'Assemblée nationale. La ministre de l'Immigration, Kathleen Weil, a qualifié d'«inhabituels» les commentaires de M. Lisée, qui ouvrent selon elle la porte à la discrimination.

« Il n'y a pas un profil national qui est meilleur comme immigration, a-t-elle dit. C'est vraiment des talents stratégiques de gens qu'on recherche qui sont capables de parler français, d'intégrer rapidement au marché du travail. »

- Avec la collaboration de Tommy Chouinard

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer