Salaire minimum à 15$/h: les libéraux refusent de tenir des consultations

L'opposition péquiste dit être « catastrophée » par le refus... (Photothèque archives La Presse)

Agrandir

L'opposition péquiste dit être « catastrophée » par le refus des libéraux, tandis que Québec solidaire affirme être « consterné ».

Photothèque archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrice Bergeron
La Presse Canadienne
Québec

Les libéraux ont refusé, mardi, de tenir des consultations sur un salaire minimum à 15 $ l'heure.

Les députés du Parti libéral (PLQ) ont voté contre un mandat d'initiative qui aurait permis à la commission sur l'économie et le travail de faire des audiences avec des experts notamment.

La ministre du Travail, Dominique Vien, a elle-même discrédité le processus de consultation parlementaire proposé en disant que ce serait «faire les choses n'importe comment».

L'opposition péquiste dit être «catastrophée» par le refus des libéraux, tandis que Québec solidaire (QS) affirme être «consterné».

Le débat sur le taux horaire minimum à 15 $ est lancé depuis quelques mois déjà. Les syndicats, QS et même une personnalité connue du monde des affaires, Alexandre Taillefer, en font la promotion.

La semaine dernière, une pétition électronique de plus de 5000 noms a été déposée en Chambre par la députée Manon Massé, de QS. Actuellement, le taux horaire au Québec est de 10,75 $.

Les députés du gouvernement ont soutenu que la ministre Vien examine déjà la question et qu'il fallait la laisser faire son travail.

«On s'en remet à la ministre du Travail, a déclaré le député d'Argenteuil, Yves St-Denis, à la sortie de la séance de travail. On ne veut pas faire un travail en parallèle.»

Questionnée en Chambre en après-midi, Mme Vien a pour sa part dit qu'il fallait tenir compte de la capacité des entreprises à payer, mais aussi du «panier social bien garni» du Québec.

Elle a rappelé que c'était sa responsabilité de fixer le salaire minimum, en ajoutant qu'«on ne peut pas faire les choses n'importe comment» en procédant à des consultations parlementaires.

L'opposition officielle, qui a proposé le mandat d'initiative, a rappelé que vivre avec le salaire minimum, c'est vivre sous le seuil de la pauvreté.

«Je suis catastrophé (par le refus des libéraux), a affirmé le député péquiste de Richelieu, Sylvain Rochon. (...) Moi, les parlementaires qui refusent les études et d'entendre les experts, je le ne les trouve pas très, très sérieux.»

Toutefois, le PQ propose une hausse progressive du taux horaire et non un redressement rapide.

Pour sa part, Québec solidaire plaide pour 15 $ l'heure le plus rapidement possible. La députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques, Manon Massé, a dénoncé le premier ministre Philippe Couillard, qui dit vouloir tenir un débat, mais qui «bâillonne le débat public» en laissant sa ministre travailler derrière des «portes closes».

«On était arrivé avec plus d'espoir, je suis consternée», a-t-elle dit en point de presse.

À la période de questions, Mme Massé a déclaré que les salariés gagnant moins de 15 $ l'heure «sont tannés que des banquiers, les médecins et les personnes qui gagnent plus de 100 000 $ par an leur disent ce qui est bon et souhaitable pour eux».

En fin de semaine dernière, à un forum de consultations de son parti, M. Couillard a fait savoir qu'il n'était pas encore prêt à accepter le salaire horaire à 15 $.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer