Français: la société Saint-Jean-Baptiste salue les positions de Ouellet

Le porte-parole de la Société Saint Jean Baptiste,... (Photo Martin Roy, archives LeDroit)

Agrandir

Le porte-parole de la Société Saint Jean Baptiste, Maxime Laporte

Photo Martin Roy, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphane Blais
La Presse Canadienne

La société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (SSJBM) salue les positions de Martine Ouellet sur la protection de la langue française.

En entrevue à La Presse canadienne, son porte-parole Maxime Laporte a soutenu que les propositions de la candidate sur la langue étaient, de loin, les meilleures de celles qui ont été présentées par les quatre candidats à la course à la direction du PQ. Il les a qualifiées de courageuses et nécessaires.

Maxime Laporte souligne particulièrement la volonté de Martine Ouellet de s'attaquer au «bilinguisme institutionnel».

La candidate à la direction du Parti québécois et députée de Vachon souhaite faire du français la seule langue officielle du Québec.

Elle promet de restaurer les dispositions initiales de la Loi 101 dans la législation, la justice et le marché du travail.

En entrevue à La Presse canadienne samedi, Martine Ouellet a dit vouloir s'inspirer des principes mis de l'avant par les pères de la Charte de la langue française, Camille Laurin et René Lévesque.

«Nos lois et notre justice sont bilingues, bien que dans la Charte sur la langue française, le français soit la langue officielle du Québec, et ça, ce n'est pas acceptable. Donc je reviendrai aux dispositions telles qu'elles avaient été prévues dans la Charte et tous les jugements seront rendus en français et ça ne sera que la langue française qui aura force de loi. Les gens qui veulent avoir une traduction de jugement pourront avoir une traduction de courtoisie gratuitement.»

La société Saint-Jean-Baptiste, qui se décrit comme un organisme non partisan, refuse toutefois d'appuyer «officiellement» la candidate Martine Ouellet.

M. Laporte soutient que les propositions de Jean-François Lisée en matière de langue sont nettement insuffisantes.

Vendredi, le député de Rosemont a déclaré que s'il devient premier ministre, les entreprises à charte fédérale qui voudront faire affaire avec le Québec devront respecter la Loi 101.

Selon Maxime Laporte, Alexandre Cloutier, Martine Ouellet et même François Legault, chef de la Coallition Avenir Québec, sont d'accord avec ces mesures.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer