Course à la direction du PQ: Adil Charkaoui «appuie» Cloutier, affirme Lisée

«Non ! Je ne suis aucunement lié à... (PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

«Non ! Je ne suis aucunement lié à Alexandre Cloutier, je peux vous l'assurer. Il s'agit d'une fausseté!», a martelé Adil Charkaoui, en entrevue avec La Presse.

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le climat de la course à la direction du Parti québécois s'est envenimé vendredi, alors que Jean-François Lisée a affirmé qu'Alexandre Cloutier avait reçu l'« appui public » d'Adil Charkaoui, du Collectif québécois contre l'islamophobie. Des propos niés en bloc par l'imam controversé et qualifiés d'« amalgame irresponsable » par le camp Cloutier qui exige des excuses.

Le candidat à la direction du Parti québécois,... (Photo Jean-Marie Villeneue, Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

Le candidat à la direction du Parti québécois, Alexandre Cloutier

Photo Jean-Marie Villeneue, Le Soleil

Le candidat à la direction du Parti québécois,... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE) - image 1.1

Agrandir

Le candidat à la direction du Parti québécois, Jean-François Lisée

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Critiqué durement vendredi par la députée Agnès Maltais, une partisane d'Alexandre Cloutier, Jean-François Lisée a répliqué à son principal adversaire en fin de journée. «Toute une offensive de l'équipe Cloutier contre moi aujourd'hui [hier]. [...] Mais cette orchestration prévoyait-elle l'appui public de l'Imam Adil Charkaoui à la candidature de mon collègue Alexandre ?», a-t-il écrit sur Facebook.

Le député de Rosemont faisait alors référence à ce message publié sur Facebook mercredi dernier par le Collectif québécois contre l'islamophobie: «Cloutier plaide pour l'ouverture et le renouveau alors que Lisée s'enfonce dans un débat identitaire et dans l'héritage de la Charte islamophobe de Drainville.»

«Non ! Je ne suis aucunement lié à Alexandre Cloutier, je peux vous l'assurer. Il s'agit d'une fausseté!», martèle Adil Charkaoui, en entrevue avec La Presse. Les écrits de Jean-François Lisée sont «très mesquins» et visent à « instrumentaliser nos propos à des fins qui n'ont rien d'honorable», ajoute-t-il. Le court message du Collectif n'est pas « un appui à qui que ce soit. Il s'agit d'une condamnation des propos de M. Lisée », explique Adil Charkaoui, qui estime que le «virage identitaire» de Jean-François Lisée «nuit au Parti québécois» en ne prônant pas «l'ouverture, l'inclusion et le vivre ensemble».

Ses propos soulignant l'«appui public» d'Adil Charkaoui à l'endroit d'Alexandre Cloutier étaient «facétieux», répète Jean-François Lisée, en entrevue. «J'ai dit de façon facétieuse : est-ce que c'était prévu, en plus de la campagne que mène M. Cloutier aujourd'hui contre mes positions, que Charkaoui l'appuie? Évidemment, c'est facétieux, puisqu'en aucun cas Alexandre [Cloutier] n'aurait voulu avoir cet appui. C'est un appui empoisonné», explique-t-il.

Néanmoins, le député de Rosemont maintient qu'il est «tout à fait vrai que M. Adil Charkaoui, sur la page Facebook du Collectif qu'il anime, a dit du bien d'Alexandre et du mal de [lui]». «Il dit du bien [de M. Cloutier], donc il appuie l'approche de M. Cloutier et il désapprouve la mienne. Ça, ce n'est pas un débat», soutient-il.

Le camp Cloutier a dénoncé hier soir dans un communiqué «l'amalgame irresponsable» de Jean-François Lisée, qui a associé Alexandre Cloutier avec le «prédicateur Adil Charkaoui, soupçonné d'avoir participé à la radicalisation de plusieurs jeunes étudiants du Collège Maisonneuve étant allés combattre aux côtés de l'État islamique, en Syrie».

Le député de Lac-Saint-Jean a appelé son collègue péquiste à «retirer ses propos et à présenter ses excuses». «M. Cloutier n'a jamais été en contact, de près ou de loin, avec M. Charkaoui et n'a jamais reçu son appui. Toute insinuation à cet effet est inacceptable de la part d'un candidat à la direction d'une grande formation politique comme le Parti québécois.» Alexandre Cloutier, réuni avec sa famille, n'était pas disponible pour une entrevue hier soir et va réagir aujourd'hui aux propos de son adversaire.

«Personne n'a à s'excuser. On a fait campagne aujourd'hui, à un niveau de décibels un petit peu trop élevé à mon goût», a déclaré Jean-François Lisée hier soir, après la parution du communiqué de son adversaire. «J'aimerais qu'Alexandre, qui a mis toute son équipe et Agnès Maltais sur mon cas aujourd'hui, accepte qu'on passe à un autre sujet à partir de demain. Je propose une trève et je salue l'intervention de Sylvain Gaudreault», a-t-il ajouté.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer