Voile intégral: Lisée tente de faire «peur» aux Québécois, dit Maltais

Jean-François Lisée tente de mousser sa campagne à la direction du Parti... (PHOTO RÉGIS DUVIGNAU, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

PHOTO RÉGIS DUVIGNAU, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Jean-François Lisée tente de mousser sa campagne à la direction du Parti québécois en faisant peur aux Québécois, a dénoncé sa collègue Agnès Maltais, vendredi, après que le député de Rosemont eut ouvert la porte à bannir le voile intégral de l'espace public.

En point de presse jeudi, M. Lisée s'est dit prêt à tenir un débat sur l'interdiction du niqab et de la burqa dans l'espace public s'il devient chef du Parti québécois. Il a fait valoir cette tenue vestimentaire pose un problème de sécurité, puisque les personnes qui le portent ne peuvent être reconnues par des témoins ou par des caméras de surveillance.

Cet argument a fait bondir la députée Agnès Maltais, critique du PQ en matière de laïcité et partisane d'Alexandre Cloutier. Elle craint que ce commentaire n'ait pour effet « d'ostraciser » les musulmans et de nuire à l'unité du parti au terme de la course à la direction.

« Je ne peux pas cautionner qu'on fasse peur aux Québécois pour gagner des votes, a dénoncé Mme Maltais. Je ne peux pas faire croire à des Québécois qu'il y a des terroristes qui se cachent en-dessous des burqas et que, pour ça, on doit légiférer et augmenter la présence policière. »

Elle a également lancé un avertissement à peine voilé au candidat.

« Jean-François Lisée a toujours été un élément positif pour le Parti québécois, a-t-elle dit, c'est à lui de le demeurer. »

Si elle dénonce les arguments utilisés par M. Lisée, Mme Maltais s'est cependant gardée de dire si elle est pour ou contre la tenue d'un débat sur l'interdiction de la burqa et du niqab dans l'espace public.

Une « opération politique » dénonce Lisée

Le député de Rosemont rétorque que la sortie de sa collègue relève d'une « opération politique » du clan Cloutier. Il y voit la preuve que son rival, le présumé meneur de la course, perd pied dans ce dossier.

En fait, selon M. Lisée, c'est M. Cloutier qui est irresponsable de refuser le débat sur le port du niqab et de la burqa en public. Après tout, a-t-il rappelé, 10 pays européens ont légiféré en ce sens.

« Si on nous dit qu'il n'y a aucun problème et que ça ne se pourrait pas que des suspects utilisent ça pour se soustraire à la surveillance policière, ça va se refroidir considérablement, a-t-il dit. Refuser de demander aux spécialistes de la sécurité ce qu'ils en pensent, ce qui est leur expérience en Europe, je pense que ce n'est pas responsable. »

Plus tard, M. Lisée a indiqué sur sa page Facebook que la position de M. Cloutier a été appuyée par Adil Charkaoui, le dirigeant controversé du Collectif québécois contre l'islamophobie. « Cette orchestration prévoyait-elle l'appui public de l'Imam Adil Charkaoui à la candidature de mon collègue Alexandre ? », a-t-il ironisé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer