Uber: Chevrette prédit du grabuge

Malgré l'entente entre Québec et Uber, des chauffeurs... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Malgré l'entente entre Québec et Uber, des chauffeurs de taxi pourraient protester comme ils l'ont fait à de nombreuses reprises dans le passé, croit le porte-parole de l'industrie du taxi. Sur cette photo, une manifestation au centre-ville de Montréal en avril 2016.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les chauffeurs de taxi ne pourront rester impassibles devant l'entente conclue dans la nuit entre le gouvernement Couillard et la multinationale Uber, prédit Guy Chevrette. « On ne pourra empêcher des actions », prévient l'ancien ministre péquiste qui représente l'industrie du taxi.

« Le gouvernement Couillard s'est mis à quatre pattes devant une multinationale véreuse ! », a lancé M. Chevrette, porte-parole du Comité provincial de concertation et de développement du taxi. Il avoue que l'organisation n'a aucun pouvoir si des groupes de chauffeurs décident spontanément de bloquer des artères importantes à Montréal pour protester contre l'iniquité de l'accord.

Plusieurs chauffeurs de taxi en colère ont d'ailleurs promis des actions musclées ce matin devant les bureaux du Regroupement des travailleurs autonomes Métallos. «On va brûler des voitures Uber. On a été sages jusqu'à maintenant», a lancé l'un d'eux, la mâchoire serrée, avant de s'engouffrer dans la petite foule de chauffeurs venus protester.

«Notre première manifestation, ça va être d'arrêter de faire du transport adapté. À partir de maintenant, on se fout des règles. Déranger la population, c'est notre seul joker», a aussi dit le chauffeur Mouhcine El Meliani, qui tente actuellement d'obtenir une injonction contre le bureau du taxi pour exiger l'abolition du code vestimentaire.   

«Ce qui s'en vient au Québec, ça va être pire qu'à Paris», a-t-il ajouté.   

La députée péquiste Martine Ouellet, qui a pris fait et cause pour l'industrie du taxi depuis plusieurs mois, estime pour sa part que le ministre Laurent Lessard «agit en cowboy» en créant ainsi un système à deux vitesses.

«On a travaillé depuis deux ans pour maintenir la paix sociale dans ce dossier, pour qu'il n'arrive pas au Québec ce qui s'est passé à Paris. Le ministre Laurent Lessard et Philippe Couillard jouent avec le feu. En négociant avec une multinationale qui fait de la fraude fiscale, ils viennent anéantir ces efforts de façon irresponsable», a soutenu Mme Ouellet.

«Une trahison»

La direction du RTAM a refusé de cautionner les propos d'un groupe de chauffeurs qui promettent des actions plus drastiques. «La première étape, c'est de signifier notre indignation au gouvernement. C'est une trahison. C'est une honte. Les chauffeurs sont révoltés, a déclaré le président de Regroupement, Benoît Jugand, jugeant qu'il est toutefois trop tôt pour annoncer un plan d'action. «On veut des explications du ministre Lessard immédiatement. Si le gouvernement est capable de rencontrer pour négocier à portes closes avec une compagnie qui travaille dans l'illégalité, la moindre des choses ce serait de rencontrer les représentants de l'industrie pour expliquer la situation.»

Pour Guy Chevrette, le gouvernement a fait preuve de « naïveté et d'égoïsme » avec cet accord, scellé « dans un gros show en nuit ». L'entente ne respecte pas l'engagement du gouvernement de ne pas donner prise à deux types de chauffeurs, insiste le comité. Les ministres Poeti, Daoust et Lessard se sont succédé: « Trois ministres, trente mois de discussions pour se faire baiser de la sorte, on ne le prend pas ! »

Pas question cette fois de pourchasser les chauffeurs d'Uber pour les menacer. L'industrie du taxi examine des recours juridiques. D'abord la loi 100 prévoyait que l'entente à venir entre Québec et Uber sur un projet pilote devrait être publiée 20 jours avant sa mise en application. Cette étape n'a jamais été respectée. Aussi, les redevances qui seront imposées pour les courses d'Uber sont très loin d'équivaloir au coût du permis, révèle Georges Tannous, président du comité.

Québec veut imposer un premier plafond de 50 000 heures pour les chauffeurs d'Uber, « c'est comme si on ajoutait 1250 taxis » d'expliquer M. Chevrette. En diluant les revenus des chauffeurs traditionnels, on réduit la valeur de leur permis, qui constituait souvent le fonds de pension des chauffeurs - on compte 8000 permis au Québec qui permettent à 22 000 personnes de travailler.

Le comité souligne que la vérification des 50 000 heures sera difficile à effectuer. Uber promet de percevoir les taxes provinciale et fédérale - l'application était modifiée dès ce matin, a constaté M. Chevrette. Mais la multinationale devrait commencer par rembourser les 20 millions $ de taxes impayées, conformément à un ordre du tribunal, soutient M. Chevrette. Au-delà de 50 000 heures, le taux de redevance sera majoré, a confirmé M. Chevrette, refusant toutefois de divulguer les chiffres que lui avait confiés le ministre Lessard, peu après minuit, jeudi.

On s'interroge aussi sur la latitude accordée aux chauffeurs d'Uber qui ne seront pas soumis à des territoires comme leurs collègues de l'industrie traditionnelle. Aussi, l'entente prévoit que le tarif d'Uber pourra être majoré à 150 %, en cas de force majeure: « Ça peut être n'importe quoi, une tempête de neige ou un spectacle de Céline Dion... », énumère M. Chevrette.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer