Uber: Québec exige un plafond de 50 000 heures

Ultime pierre d'achoppement entre Uber et le gouvernement Couillard:... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse)

Agrandir

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Ultime pierre d'achoppement entre Uber et le gouvernement Couillard: l'application d'un plafond de 50 000 heures/semaine pour l'ensemble des chauffeurs de la multinationale, a appris La Presse.

À quelques heures de la fin des négociations prévue par la loi adoptée en juin par Québec, le gouvernement Couillard insiste toujours pour que les chauffeurs d'Uber cessent de transporter des clients dès lors qu'ils ont accumulé un total de 50 000 heures de travail dans une semaine. Bien que les positions de Québec et d'Uber semblent éloignées, des voies de passage semblent toujours accessibles avant l'ultimatum de minuit mercredi soir.

Car Uber propose de son côté qu'au-delà du plafond, les pénalités imposées pour chaque course augmentent. Actuellement, on parle d'une perception de 45 cents par course pour compenser le fait que les chauffeurs d'Uber n'ont pas à se munir d'un permis de taxi, une facture lourde pour les chauffeurs de taxi traditionnels. Les courses au-delà du plafond de 50 000 heures pourraient alors être frappées, par Québec, d'une pénalité beaucoup plus lourde.

Le niveau de 50 000 heures correspond approximativement aux activités d'Uber sur une semaine normale. Mais le transporteur fait valoir qu'un cadre aussi rigide ne correspond pas à la réalité. Certaines semaines, les chauffeurs d'Uber font beaucoup moins de courses, à d'autres moments, aux Fêtes ou au Grand Prix par exemple, le plafond sera vite dépassé.

Les autres questions litigieuses sont pour l'essentiel réglées: Uber consent à prélever les taxes et à les retourner au gouvernement. On s'entend aussi sur le niveau d'assurance nécessaire, le type de permis et l'obligation pour les chauffeurs de ne pas avoir d'antécédents judicaires.

Bien que la loi parle d'un projet pilote de deux ans, il semble que la cible reste plutôt sur un essai d'une durée d'un an.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer