Anglade fait volte-face et n'embauchera pas un transfuge caquiste

La ministre de l'Économie, Dominique Anglade.... (Archives PC, Jacques Boissinot)

Agrandir

La ministre de l'Économie, Dominique Anglade.

Archives PC, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Gatineau) La ministre de l'Économie, Dominique Anglade, fait volte-face et n'embauchera finalement pas un transfuge caquiste qui s'est emparé de documents confidentiels de la CAQ avant de faire le saut au Parti libéral.

En milieu d'après-midi, elle avait passé pourtant l'éponge sur ce «manque de jugement», se disant satisfaite des excuses présentées par le fautif, Frédéric Schautaud. Le premier ministre Philippe Couillard faisait preuve de la même indulgence. «Compte tenu de son désir de participer au programme du gouvernement qui est dans l'intérêt du Québec, je pense qu'on va poursuivre le processus d'embauche» pour un poste au cabinet de Mme Anglade, disait-il en conférence de presse.

Son adhésion au PLQ venait selon lui contrebalancer le manque de jugement dont il avait fait montre avec son «geste inapproprié» qu'il refuse de qualifier de vol ou de subtilisation de documents. «Vous savez, le jugement peut s'appliquer également dans le choix qu'une personne fait d'adhérer à une organisation qui correspond mieux à ses valeurs. Il faut regarder cet aspect de la question aussi», plaidait-il.

Le gouvernement Couillard a changé de discours environ une heure plus tard. «Je me suis entretenu avec M. Schautaud. Dans cet échange, j'ai pu constater peut-être une sous-estimation de la gravité des gestes qui ont été posés. Au fil de la conversation, j'ai conclu que l'on n'allait pas pouvoir poursuivre avec le processus d'embauche avec M. Schautaud», a expliqué Dominique Anglade. Elle a fait valoir qu'on «on a besoin d'avoir une grande probité pour avoir la confiance du public».

Le chef de cabinet de Mme Anglade s'était pourtant entretenu avec M. Schautaud avant que sa patronne ne s'adresse aux médias pour se porter à la défense du transfuge caquiste qui avait subtilisé des documents de la formation de François Legault. «Ça ne le disqualifie pas pour un poste. Il peut très bien faire partie de mon équipe», disait-elle.

Frédéric Schautaud a démissionné de son poste de recherchiste de la CAQ en vue de se joindre au cabinet de la ministre Anglade. Ce weekend, avant son départ, il s'est rendu dans les bureaux du parti à l'Assemblée nationale pour s'emparer de documents confidentiels de la CAQ et les transférer à son adresse électronique personnelle. La formation de François Legault lui a envoyé une mise en demeure mercredi. M. Schautaud a reconnu ses torts dans une réponse écrite que le gouvernement Couillard a remise à des journalistes en milieu d'après-midi. « Je me rends bien compte qu'il s'agit d'une action inappropriée et je vous demande de croire en mes regrets les plus sincères», affirme-t-il. Il dit n'avoir transmis aucun document ni signifier leur existence à qui que ce soit. Il «certifie la destruction de l'ensemble des documents» et assure n'en avoir fait aucune copie. Il s'engage à respecter «en tout point le secret de l'ensemble des informations obtenu» au cours de son emploi à la CAQ.

Pour le député caquiste Simon Jolin-Barrette, «le gouvernement Couillard s'est enfin rendu à l'évidence et fait la seule chose qu'il y avait à faire. Ça montre que les standards éthiques du gouvernement sont très élastiques. Ça a pris des heures avant qu'ils se rendent compte qu'ils défendaient l'indéfendable». Le porte-parole de la CAQ en matière justice ajoute que M. Schautaud a commis «un bris de loyauté envers son employeur avec l'appropriation indue de documents». La CAQ veut étudier la réponse de son ancien employé à sa mise en demeure avant de statuer sur la suite des choses.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer