Jeunes libéraux: non à un quota de 40% à 60% de candidates

Le président de la commission jeunesse du PLQ,... (PHOTO JEAN-MARIE VILLENEUVE, LE SOLEIL)

Agrandir

Le président de la commission jeunesse du PLQ, Jonathan Marleau.

PHOTO JEAN-MARIE VILLENEUVE, LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Augustin-de-Desmaures) Les jeunes libéraux se sont opposés dimanche à ce que leur parti s'engage à présenter entre 40% et 60% de candidatures féminines à chaque élection.

Par une courte majorité, les militants réunis en congrès ont rejeté une résolution visant à fixer un tel quota en vue d'assurer la parité homme-femme parmi les candidatures libérales. C'est la Commission politique jeune de Québec qui l'a présentée. Elle a fait valoir que « le pourcentage de femmes stagne dangereusement à l'Assemblée nationale » et que le PLQ « a toujours été à l'avant-garde de la protection des droits des femmes ».

Lors des élections générales de 2014, les femmes représentaient à peine 28% des candidats libéraux (35 sur 125), un recul par rapport aux derniers scrutins.

Un militant de Québec a présenté cette motion en séance plénière. Et par la suite, plusieurs jeunes hommes sont intervenus au micro pour s'y opposer. La plupart d'entre eux ont plaidé que la compétence des candidats doit primer dans le recrutement. «Il faut s'assurer que la sélection des candidats n'est pas genrée parce que ça le rend opaque au critère principal qu'est la compétence», a ajouté un militant.

Un jeune homme a toutefois appuyé la proposition, déplorant que l'inégalité «reste présente depuis longtemps». «Les femmes s'impliquent de plus en plus, mais ça se fait trop lentement», a-t-il dit.

Les organisateurs du congrès ont sourcillé en constatant que seuls des hommes prenaient la parole. «Je vais me permettre de sortir de ma réserve habituelle. Mesdames, on ne vous a pas vues beaucoup au micro depuis le début du congrès», a lancé le modérateur Jérôme Turcotte.

Peu de temps après, une jeune femme est intervenue pour défendre la proposition, plaidant qu'il faut prendre des moyens pour assurer une meilleure représentativité des femmes en politique. Selon elle, avec la zone de parité entre 40% et 60%, «il y a une marge de manoeuvre qui permet d'assurer la compétence».

Une autre militante a jeté un pavé dans la mare: «J'inviterais les gens dans la salle à regarder autour d'eux le manque de représentativité des filles. Il y a une photo dans La Presse ce matin (montrant le parterre du congrès, NLDR), et il n'y a aucune fille dans la photo. Je trouve ça scandaleux. Il faut adresser le problème. Il ne faut pas se dire que, parce qu'on va essayer de pousser certaines femmes à se présenter aux élections, nécessairement elles sont moins compétentes que les hommes. Je pense qu'encore là, ça démontre des préjugés qui existent à l'encontre des femmes en politique. Il faut des résolutions comme celles-ci pour que le problème soit réglé et qu'on n'ait plus besoin de ce genre de mesures.»

Les arguments de ces deux femmes n'ont toutefois pas fait pencher la balance en faveur de la proposition.

Le président de l'aile jeunesse, Jonathan Marleau, a expliqué la décision des militants au terme du congrès. «On a décidé d'éviter de fonctionner par quota parce qu'on pense que l'implication des femmes ne doit pas être obligée, de même que l'implication de n'importe qui. On n'a pas de quota pour les gens issus de la diversité culturelle par exemple», a-t-il affirmé.

Pour Caroline Des Rosiers, seule femme parmi l'exécutif de l'aile jeunesse qui compte quatre membres, le parti doit éviter de donner l'impression qu'une femme devient candidate seulement en raison de son sexe.

«Il faut laisser la liberté aux femmes de se présenter ou non, a ajouté M. Marleau. C'est à nous d'assurer une place équivalente, équitable, et de faire de la Commission jeunesse un environnement ouvert. Et je pense qu'on a réussi.»

Or à peine 4 des 24 conseillers régionaux (17%) nommés dimanche sont des femmes. M. Marleau a répliqué que l'implication des femmes au sein de cette instance varie beaucoup d'une année à l'autre. Il y avait 35% de femmes l'an dernier selon lui.

Par ailleurs, faute de temps, et parce que d'autres résolutions régionales ont été priorisées, il n'y a eu aucun débat sur la proposition des militants de la Montérégie demandant au gouvernement de relancer des négociations constitutionnelles avec Ottawa. Pour le premier ministre Philippe Couillard, que des jeunes de son parti lancent un tel appel «ne veut pas dire que l'ensemble de la jeunesse considère que c'est prioritaire, de même que le reste de la population». Il n'est pas question pour lui d'initier une réouverture de la Constitution. «Je répète ce que je vous ai dit à de nombreuses reprises: lorsque la situation se présentera où on voudra au Canada avoir des conversations constitutionnelles, par exemple sur le Sénat ou peut-être plus probablement sur les Premières nations, le Québec n'y participera que dans la mesure où ses demandes traditionnelles qui demeurent d'actualité seront également à l'ordre du jour», a dit M. Couillard.

Il entend tenir un exercice «sérieux» pour faire la lumière sur le racisme systémique au Québec, sans toutefois aller jusqu'à lancer une commission d'enquête publique sur cet enjeu comme le lui demande l'aile jeunesse de son parti. M. Couillard a indiqué que la Commission des droits de la personne sera appelée à collaborer à cet exercice. Il veut éviter «deux dangers»: le «déni» du racisme, «un mal qui ronge toutes les sociétés», mais aussi «la recherche de coupables».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer