Deux filles d'ex-premiers ministres québécois lobbyistes pour Tesla

Tesla souhaite « promouvoir l'utilisation de véhicules électriques » et... (Photo /Lucas Jackson, archives Reuters)

Agrandir

Tesla souhaite « promouvoir l'utilisation de véhicules électriques » et « faire partie du processus de réglementation et de mise en oeuvre vers une stratégie de transport verte et plus efficace au Québec ».

Photo /Lucas Jackson, archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le constructeur californien de voitures électriques Tesla vient d'embaucher deux filles d'ex-premiers ministres comme lobbyistes pour représenter ses intérêts auprès du gouvernement dans le cadre de l'élaboration de la prochaine politique énergétique du Québec.

Alexandra Dionne Charest, consultante au cabinet de conseillers stratégiques... (Photo tirée du site d'Impact Canada) - image 1.0

Agrandir

Alexandra Dionne Charest, consultante au cabinet de conseillers stratégiques Hatley

Photo tirée du site d'Impact Canada

Marie-Claude Johnson, associée-fondatrice au cabinet de conseillers stratégiques... (Photo Hugo-Sébastien Aubert, Archives La Presse) - image 1.1

Agrandir

Marie-Claude Johnson, associée-fondatrice au cabinet de conseillers stratégiques Hatley

Photo Hugo-Sébastien Aubert, Archives La Presse

Marie-Claude Johnson, associée-fondatrice au cabinet de conseillers stratégiques Hatley, et Alexandra Dionne Charest, consultante au sein de la même firme, ont toutes deux inscrit cette semaine ce nouveau mandat au Registre des lobbyistes. La première est la fille de l'ancien premier ministre péquiste Pierre Marc Johnson alors que la seconde est la fille de l'ancien premier ministre libéral Jean Charest.

Elles envisagent de faire des représentations auprès du Conseil exécutif, du ministère des Transports, du ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles, du ministère de l'Environnement, de la Régie de l'énergie et du ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation.

Questionnées sur les objectifs de l'entreprise, les deux lobbyistes se sont référées au mandat officiel inscrit au Registre, selon lequel Tesla souhaite « promouvoir l'utilisation de véhicules électriques » et « faire partie du processus de réglementation et de mise en oeuvre vers une stratégie de transport verte et plus efficace au Québec ».

« Nous ne ferons pas de commentaires additionnels », a précisé Mme Dionne Charest.

POLITIQUE ÉNERGÉTIQUE 2030

Le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, a présenté au début du mois de juin le projet de loi sur la mise en oeuvre de la politique énergétique 2030, dont le plan vise notamment la réduction de 40 % des produits pétroliers consommés au Québec, par diverses mesures, dont « l'accompagnement » des ménages qui achèteront un véhicule électrique neuf et la promotion des bornes de recharge pour ces véhicules sur le réseau routier.

Le gouvernement compte aussi sur les efforts de TM4, une filiale d'Hydro-Québec qui commercialise partout dans le monde des technologies de motorisation électrique mises au point par l'Institut de recherche d'Hydro-Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer