PQ: Paul St-Pierre Plamondon cède le contrôle d'un référendum à la population

Paul St-Pierre Plamondon, candidat dans la course à... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Paul St-Pierre Plamondon, candidat dans la course à la direction du PQ.

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Saint-Arnaud
La Presse Canadienne

Il n'y aura pas de référendum dans un premier mandat péquiste dirigé par Paul St-Pierre Plamondon et il n'y en aura un par la suite que si au moins 20 % de la population le demande et 45 % le veut.

C'est de cette façon inédite que le candidat à la direction du Parti québécois (PQ) entend sortir «la peur du référendum» de l'équation politique québécoise afin de s'attaquer à ce qu'il estime être la priorité du parti, soit de se débarrasser de «l'incompétence libérale» qui se maintient au pouvoir, selon lui, grâce à la division du vote entre le PQ, la Coalition avenir Québec, Québec solidaire et Option nationale.

«Le facteur principal de cette division du vote c'est la peur du référendum», a-t-il expliqué en conférence de presse, mardi à Montréal.

«Il faut se débarrasser de cette peur du référendum dans le débat électoral parce que sinon, les libéraux n'ont pas à être compétents pour être au pouvoir», a-t-il ajouté.

M. St-Pierre Plamondon a ainsi présenté une série de propositions détaillant sa vision d'une mécanique vers l'indépendance du Québec qui remettrait entièrement le pouvoir décisionnel entre les mains de l'électorat.

«Remettons la question du pays entre les mains des personnes à qui ça appartient et faisons-leur confiance. Faisons confiance à leur intelligence», a-t-il dit.

Prenant acte de sondages qui indiquent que 87 % de la population québécoise ne veut pas de référendum même si 41 % des répondants sont en faveur de la souveraineté, il promet donc de ne pas tenir de consultation référendaire dans un premier mandat et, dans un deuxième, d'ouvrir un registre qui déclencherait la démarche s'il recueille les signatures de 20 % de la population, soit 1,2 million de citoyens.

Cependant, pour respecter l'autre 80 % et, surtout, pour éviter de déclencher un référendum perdu d'avance, le gouvernement tiendrait ensuite un sondage détaillé et n'enclencherait le processus référendaire que si un minimum de 45 % des répondants sont en faveur de l'indépendance.

Pour valider cette approche, il faudra toutefois modifier l'article un du programme du Parti québécois pour affirmer «que c'est la population qui décide et non pas un gouvernement qui met en scène un référendum».

Plus encore, il veut préciser dans ce même article un «que le PQ est au service de la population» parce que l'indépendance, selon lui, ne doit pas être une fin en soi. «L'indépendance, c'est d'abord et avant tout un projet pour servir la population, pour aider les gens», a-t-il dit.

Paul St-Pierre Plamondon ne se concentrerait toutefois pas uniquement sur la bonne gouvernance dans un premier mandat puisqu'il s'affairerait à instaurer une réforme majeure du régime démocratique avec l'adoption d'une constitution québécoise et, surtout, une réforme électorale ouvrant la voie à la représentation proportionnelle mixte. Une telle réforme «ferait en sorte que, même s'il y a une pluralité de partis, on pourrait coopérer ensemble plutôt que de donner le pouvoir presque entièrement aux libéraux qui profitent actuellement de la division du vote».

Ambiguïté et clarté

L'approche proposée par Paul St-Pierre Plamondon le distingue complètement de ses quatre adversaires, qu'il classe en deux «familles», celle de l'ambiguïté et celle de la clarté.

Il place dans la première Alexandre Cloutier, qui dit vouloir se fier sur son flair pour décider du moment de déclencher un référendum, et Véronique Hivon, qui ne décidera qu'à la dernière minute si elle entend faire porter l'élection de 2018 sur le projet de souveraineté.

La famille de la clarté, quant à elle, réunit Martine Ouellet, qui a la ferme intention de tenir une telle consultation dans un premier mandat péquiste, et Jean-François Lisée, qui explique ne pas vouloir de référendum dans un premier mandat, mais plutôt revenir à la charge en 2022.

Paul St-Pierre Plamondon, le seul non-élu de la course, estime que la clarté n'a aucun avantage stratégique ou même démocratique. Prenant l'exemple de Martine Ouellet, il y voit en fait une approche délétère, tant sur le plan stratégique que démocratique.

«Ça ne donne rien de forcer l'enjeu, ça ne donne rien de forcer les gens. Plus on le fait, moins il y a d'écoute pour le Parti québécois», a-t-il dit.

Quant à la proposition de Jean-François Lisée, il se demande d'une part ce qui permet à ce dernier de prédire, six ans d'avance, que les circonstances seront favorables en 2022 et, d'autre part, il y voit un cadeau stratégique pour les libéraux: «déjà, les libéraux ont commencé à dire: ça fait six ans d'instabilité».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer