Alexandre Cloutier défend ses voeux aux musulmans pour la fin du ramadan

Alexandre Cloutier... (PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Alexandre Cloutier

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrice Bergeron
La Presse Canadienne
Québec

Le candidat à la direction du Parti québécois Alexandre Cloutier a défendu, jeudi, ses voeux adressés aux musulmans à la fin du ramadan, en se réclamant de Barack Obama et de Bernie Sanders.

L'enjeu de la laïcité continue donc de diviser au Parti québécois, puisque M. Cloutier répond ainsi aux critiques de Jean-François Lisée, un de ses rivaux dans la course actuelle. M. Lisée avait alors fait une charge contre la position multiculturaliste de Justin Trudeau tout en faisant un rapprochement cinglant avec les voeux d'Alexandre Cloutier.

Dans une entrée de blogue publiée par le site Huffington Post jeudi matin, M. Cloutier, qui est député de Lac-Saint-Jean, affirme avoir été «surpris» par les «vives réactions» provoquées par son message émis sur Twitter.

Il dit avoir formulé ces voeux «avec candeur» et par «esprit d'ouverture et de respect» à l'égard des 250 000 Québécois de confession musulmane qui allaient célébrer l'aïd, la fin du ramadan, la semaine dernière.

C'est ainsi, selon lui, que le Parti québécois doit manifester son ouverture et sa capacité à rassembler les électeurs, en faisant appel aux «valeurs d'ouverture» du fondateur de la formation, René Lévesque.

«J'ai la ferme conviction que c'est en commençant par de tels signaux que le Parti québécois ouvre ses horizons et peut aspirer à rassembler davantage», peut-on lire. Ces gestes s'imposent afin de mettre un terme aux «déceptions électorales», poursuit-il.

Et il a laissé savoir qu'il continuera à souligner les fêtes et les moments forts de la vie des communautés culturelles. En cela, il dit s'inspirer d'autres personnalités politiques: Barack Obama, le candidat malheureux à l'investiture démocrate Bernie Sanders et Pauline Marois.

«J'ai exprimé ces voeux comme le président Barack Obama et le candidat Bernie Sanders l'ont fait, aux États-Unis. Comme notre première ministre Pauline Marois l'a fait, elle aussi, en 2013. Je l'ai fait comme tous les députés de l'Assemblée nationale offrent leurs meilleurs voeux de Pâques et de Noël à leurs électeurs, chaque année», écrit-il.

Aux yeux de M. Lisée, ces voeux contrevenaient au principe de neutralité de l'État, mais M. Cloutier soutient qu'il ne «partage pas son avis». Le PQ doit continuer à défendre la laïcité de l'État «en unissant les Québécoises et les Québécois derrière une vision commune du vivre-ensemble», écrit-il.

M. Cloutier soutient que son parti peut s'inspirer des recommandations du rapport Bouchard-Taylor, qui font consensus avec la Coalition avenir Québec et Québec solidaire.

Dans un texte publié sur le site web de sa campagne, M. Lisée, qui est député de Rosemont, s'en est pris à la pratique voulant que les chefs politiques saluent les fêtes religieuses. Il avait pris prétexte des voeux officiels transmis par le premier ministre Justin Trudeau à chacune des fêtes religieuses. Selon lui, la vie des communautés ne se limite pas à leurs pratiques religieuses et on ignore ainsi tous ceux qui sont non pratiquants, agnostiques ou athées.

«Même sans la dérive trudeauiste, la pratique voulant que des chefs politiques saluent les fêtes religieuses mérite réflexion, avait écrit M. Lisée. C'est exactement ce que j'ai indiqué lorsque mon collègue Alexandre Cloutier a souligné la fin du ramadan, un événement effectivement majeur de la vie de nos concitoyens musulmans même si les deux tiers d'entre eux ne sont pas pratiquants.»

Ainsi, un chef de parti et de gouvernement qui se veut un gardien de la laïcité et de la neutralité de l'État devrait s'abstenir de participer à des rituels religieux, a fait valoir le député de Rosemont.

Rappelons que la charte de la laïcité du précédent gouvernement Marois avait provoqué la controverse au Québec en 2013-2014 et lui avait valu de nombreuses critiques, notamment au cours de la campagne électorale de 2014 qui a mené à sa défaite. Le projet de loi interdisait notamment le port de signes religieux ostentatoires dans la fonction publique.

M. Cloutier, qui était ministre des Affaires intergouvernementales dans le cabinet Marois, n'avait pas mis de temps à se dissocier du projet de loi peu après la défaite.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer