Direction du PQ: la course est lancée

De gauche à droite: Jean-Francois Lisée, Véronique Hivon,... (Photo Olivier Jean, La Presse)

Agrandir

De gauche à droite: Jean-Francois Lisée, Véronique Hivon, Raymond Archambault, Martine Ouellet, Paul St-Pierre Plamondon et Alexandre Cloutier.

Photo Olivier Jean, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
AMAURY PAUL
La Presse

Les cinq candidats à la direction du Parti québécois s'affronteront à deux reprises lors de débats à Montréal et Sherbrooke, d'ici à l'élection du début d'octobre. C'est un des quelques nouveaux détails de la campagne dévoilés par le président du parti, Raymond Archambault, ce lundi. Il a aussi révélé que la course a suscité un regain d'adhésions au parti, qui compte près de 5000 nouveaux membres depuis un mois.

Les candidats péquistes à la course à la direction étaient réunis à la permanence du parti à Montréal ce midi. Le président de la formation, Raymond Archambault, a lancé officiellement la course. Il a également fait le point sur les modalités du scrutin et le fonctionnement de la campagne.

Le président de la formation souverainiste a confirmé que cinq candidats avaient répondu avant le 30 juin aux critères établis par le parti pour se présenter. Alexandre Cloutier (député du Lac-Saint-Jean), Véronique Hivon (députée Joliette), Jean-François Lisée (député de Rosemont), Martine Ouellet (députée de Vachon) ainsi que l'avocat Paul St-Pierre Plamondon concourront pour succéder à Pierre Karl Péladeau.

Les candidats devaient réunir 1500 signatures d'adhérents du parti issus de 45 circonscriptions différentes. Ils devaient également s'acquitter d'un chèque de 10 000 $ pour couvrir les frais inhérents à l'élection. Un autre chèque du même montant devra être déposé avant la fin du mois d'août.

Deux débats seront organisés en septembre. Le premier se tiendra le 11 septembre à Sherbrooke. Le deuxième aura lieu à Montréal, à une date encore à déterminer. La direction du parti réunira à nouveau les candidats mi-août pour faire le point.

Selon M. Archambault, le parti compte près de 80 000 adhérents, dont 4000 à 5000 nouveaux membres durant le mois de juin. Les courses à la direction amènent classiquement une recrudescence d'adhésion, a-t-il indiqué.

Le vote final aura lieu entre le 5 et le 7 octobre prochain par téléphone et par internet. Cette année, la direction du parti a opté pour le mode de scrutin préférentiel. Les électeurs indiqueront sur leur bulletin les noms de trois candidats par ordre de préférence.

C'est la deuxième course à la direction du Parti québécois en un an, et la quatrième course avec plusieurs candidats depuis la création du parti en 1968. Plusieurs candidats s'étaient déjà présentés l'an dernier face à Pierre Karl Péladeau, qui avait remporté le scrutin interne en mai 2015 avec 57,6 % des voix. Alexandre Cloutier avait terminé en deuxième position avec 29,2 %. Martine Ouellet avait fermé la marche, obtenant 13,2 %.

Bien qu'il ait selon ses dires obtenu 2400 signatures de membres du parti (plus que les 2000 requises) et qu'il détenait les 10 000 $ nécessaires, Jean-François Lisée s'était retiré de la course avant même qu'elle ne soit officiellement lancée, estimant que Pierre-Karl Péladeau avait déjà remporté la bataille. M. Lisée était par la suite resté neutre. 

Un temps pressentie, Véronique Hivon ne s'était quant à elle toutefois pas lancée et avait décidé de soutenir Alexandre Cloutier. 

Début juin, un cinquième candidat s'est rajouté à la liste. Il s'agit de l'avocat Paul St-Pierre Plamondon. Il s'était notamment fait connaitre pour ses essais Des jeunes et l'avenir du Québec et Les orphelins politiques.

Le dernier sondage Léger-Le Devoir-Journal de Montréal en date donne Alexandre Cloutier vainqueur de la course avec 37 % des voix. Jean-François Lisée et Véronique Hivon suivent, au coude à coude avec respectivement 15 et 14 %. Martine Ouellet suit avec 7 % des intentions de vote. Paul St-Pierre Plamondon ferme la marche avec 2 %.

Pierre Karl Péladeau, l'ancien chef du PQ, s'est par ailleurs exprimé publiquement pour la première fois depuis sa démission, le 2 mai dernier. Sur sa page Facebook, il a indiqué hier vivre « des moments difficiles », malgré des témoignages de soutien qui lui font « chaud au coeur ». L'ancien député de Saint-Jérôme ne s'est toutefois pas prononcé sur la course à la direction en cours.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer