Couillard veut corriger le «profond problème de culture» du MTQ

« Il y a de toute évidence au Ministère... (Photo Jacques Boissinot, archives PC)

Agrandir

« Il y a de toute évidence au Ministère des Transports du Québec, depuis plusieurs années, et c'est apparent maintenant, un problème profond de culture dans l'administration publique », a déclaré M. Couillard au terme d'une réunion du conseil des ministres.

Photo Jacques Boissinot, archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Le ministère des Transports est « problématique », a déclaré jeudi le premier ministre Philippe Couillard, qui s'est engagé à corriger le « profond problème de culture » de cette organisation.

Le premier ministre s'est dit troublé par les témoignages de deux anciennes vérificatrices du MTQ mercredi soir. En commission parlementaire, Louise Boily et Annie Trudel ont affirmé que la modification de documents, l'intimidation et la dissimulation sont monnaie courante.  

« Il y a de toute évidence au ministère des Transports du Québec, depuis plusieurs années, et c'est apparent maintenant, un problème profond de culture dans l'administration publique », a déclaré M. Couillard au terme d'une réunion du conseil des ministres.

Le problème n'est pas nouveau, selon lui. Il est enraciné au MTQ depuis cinq, 10, voire 20 ans.

M. Couillard a mandaté le nouveau sous-ministre Denis Marsolais de « prendre toutes les mesures requises pour assainir la culture » du MTQ, qui est le plus important donneur d'ouvrage du gouvernement. Son cabinet avait nommé M. Marsolais il y a trois semaines en remplacement de Dominique Savoie, dont la gestion a été mise en cause dans les témoignages des vérificatrices Boily et Trudel mercredi soir.

Le premier ministre s'attend à des changements de personnel, à une réorganisation des effectifs et à ce que plusieurs actions soient posées, toujours sous l'autorité du ministre Jacques Daoust, en qui il a réitéré sa confiance.

Le MTQ, en somme, fera l'objet d'une « attention très particulière » de la part de son gouvernement.

« Lorsqu'on change le sous-ministre, lorsque le sous-ministre fait des changements également dans le Ministère, lorsqu'on dit qu'il a le soutien du secrétaire général du gouvernement et du conseil des ministres, on indique clairement que c'est un ministère problématique », a indiqué M. Couillard.

Gaudreault dans l'ignorance

Le chef par intérim du Parti québécois, Sylvain Gaudreault, a qualifié de « scandale » les révélations sur le MTQ. Il a dénoncé la « gestion catastrophique » de la situation par le gouvernement libéral.

Mais M. Gaudreault, qui était ministre des Transports dans le gouvernement Marois, a également admis n'avoir jamais été informé des cas d'intimidation et de falsification de documents qui ont été décrits mercredi soir par la vérificatrice Boily.

« Il ne faut pas penser que j'ai pu tout corriger en 18 mois ce que les libéraux ont été incapables de faire en 12 ans », a indiqué M. Gaudrault.

Un « cancer », selon Legault

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a réclamé - et obtenu - la tenue d'un débat d'urgence sur la situation au MTQ. Il s'agit d'un événement exceptionnel à l'Assemblée nationale.

« Nous devons combattre, avec toute l'énergie possible, ce cancer au ministère des Transports, qui ne fait qu'accroître le cynisme de la population à l'égard de toute la classe politique », a dénoncé M. Legault.

Le chef caquiste somme M. Couillard de limoger le ministre des Transports, Jacques Daoust. Il réclame également la nomination d'un sous-ministre qui ne vient pas de la fonction publique pour redresser le MTQ.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer