Irrégularités au MTQ: l'UPAC remet plus de 2500 documents aux élus

Le commissaire de l'UPAC, Robert Lafrenière, a remis aux élus la quasi-totalité... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Le commissaire de l'UPAC, Robert Lafrenière, a remis aux élus la quasi-totalité des documents qu'une ex-vérificatrice du ministère des Transports avait transmis au corps policier, vendredi.

Embauchée par l'ancien ministre Robert Poëti, Annie Trudel avait colligé des centaines de documents sur une clé USB, qui a été envoyée à l'UPAC. Celle-ci refusait de rendre les documents publics de crainte de nuire à ses enquêtes. 

Lors d'un témoignage à huis clos devant la commission de l'administration publique, vendredi, M. Lafrenière a finalement accepté de partager presque tous les documents avec les élus. Ils seront rendus publics prochainement.

2563
Nombre de documents se trouvant sur la clé USB qui seront transmis aux élus.

Seuls huit documents resteront secrets parce qu'ils contiennent des renseignements sensibles. 

« Il y a une petite portion - pour protéger nos enquêtes, pour protéger nos sources - que nous avons dû caviarder », a expliqué M. Lafrenière. 

Le commissaire a également confirmé aux élus que l'UPAC mène une dizaine d'enquêtes sur le MTQ, comme La Presse le révélait il y a deux semaines

Les découvertes de Mme Trudel ont été révélées par une lettre écrite par M. Poëti à l'actuel ministre Jacques Daoust. M. Poëti a dit craindre que le MTQ ait accordé des contrats de gré à gré, que ses vérificateurs internes aient été victimes d'intimidation, et qu'un système de comptabilité complexe camouflé des dépassements de coûts. 

Lors d'un passage en commission parlementaire, l'ancienne sous-minsitre Dominique Savoie a minimisé les anomalies découvertes par Mme Trudel. À ses yeux, il s'agissait de cas « d'insatisfaction administrative » et non d'actes criminels. 

Mme Savoie a été démise de ses fonctions le lendemain matin, tout comme le chef de cabinet de M. Daoust, Pierre Ouellet. 

Selon la députée du Parti québécois, Martine Ouellet, il est clair que la sous-ministre n'a pas pris au sérieux les mises en garde de Mme Trudel. 

« Très clairement, elle avait sous-estimé le contenu de la clé USB », a dit Mme Ouellet. 

Les travaux de la commission de l'administration publique sur le MTQ se poursuivront la semaine prochaine. L'ancienne vérificatrice Annie Trudel et l'ex-vérificatrice interne Louise Boily témoigneront tour à tour. 

Le député de la Coalition avenir Québec, Éric Caire, croit que ces témoignages permettront d'en savoir davantage sur les pratiques du MTQ. 

« On a les documents, on a les acteurs concernés, a dit M. Caire. Moi je pense qu'on va faire un bon bout de chemin. J'ai bon espoir qu'on va aller au bout des choses et qu'on va avoir le fin mot de l'histoire. »

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer