Moins de réfugiés, plus de migrants économiques

En mars, le premier ministre Philippe Couillard a... (Photo Ben Nelms, archives Bloomberg)

Agrandir

En mars, le premier ministre Philippe Couillard a plaidé pour qu'on hausse à 60 000 par année le nombre d'immigrants qui arrivent au Québec afin de combler les besoins en main-d'oeuvre. Son gouvernement a finalement renoncé à cette cible.

Photo Ben Nelms, archives Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Québec accueillera un peu plus d'immigrants au cours des trois années, a annoncé le gouvernement Couillard, jeudi. Mais la composition du groupe de nouveaux arrivants est appelée à changer : on recevra davantage de migrants économiques et moins de réfugiés.

HAUSSE LÉGÈRE

La ministre de l'Immigration, Kathleen Weil, a présenté jeudi un document de consultation pour la planification de l'immigration d'ici 2019. Elle souhaite hausser légèrement le nombre d'immigrants que le Québec accueillera.

RECUL

En mars, le premier ministre Philippe Couillard a plaidé pour qu'on hausse à 60 000 par année le nombre d'immigrants qui arrivent au Québec afin de combler les besoins en main-d'oeuvre. Son gouvernement a finalement renoncé à cette cible. « Il faut avoir le souci de l'intégration, a indiqué Mme Weil. Il y a beaucoup de gens qui sont ici qui cherchent de l'emploi. Il faut mieux réussir l'intégration. » Son document de consultation prévient qu'une hausse trop abrupte des seuils pourrait provoquer des frictions.

RISQUES QUANT À L'INTÉGRATION

« Une progression plus importante du nombre de personnes immigrantes poserait des défis accrus sur le plan de leur intégration, ainsi que de leur participation à la société d'accueil dans ses diverses dimensions et pourrait mener à la remise en question par certaines personnes de l'apport de l'immigration à l'enrichissement et au développement du Québec. » - Extrait du document de consultation présenté par la ministre Kathleen Weil

ÉCONOMIE

Mme Weil avait annoncé l'an dernier la fin du système du « premier arrivé, premier servi » dans le programme des travailleurs qualifiés. Les immigrants seront désormais sélectionnés en fonction de leur capacité à intégrer le marché du travail. Québec va d'ailleurs augmenter le nombre de migrants économiques - travailleurs qualifiés, gens d'affaires - au cours des prochaines années.

CHIFFRES

Un an après leur arrivée au Québec...

  • 20,4 % des travailleurs qualifiés n'ont pas déclaré de revenu d'emploi
  • 34,3 % des réfugiés n'ont pas déclaré de revenu d'emploi
  • 39 % des personnes qui ont immigré en vertu du programme de regroupement familial n'ont pas déclaré de revenu d'emploi

Cinq ans après leur arrivée au Québec...

  • 13,3 % des travailleurs qualifiés n'ont pas déclaré de revenu d'emploi
  • 29,5 % des réfugiés n'ont pas déclaré de revenu d'emploi
  • 31,5 % des personnes qui ont immigré en vertu du programme de regroupement familial n'ont pas déclaré un revenu d'emploi

RÉFUGIÉS

Québec, qui vient d'accueillir plus de 5500 réfugiés syriens, prévoit recevoir moins de migrants pour motifs humanitaires. « À partir des prochaines années, on va commencer légèrement à réduire pour pouvoir avoir plus de travailleurs qualifiés et je vous dirais qu'on est en symbiose avec le gouvernement fédéral », a indiqué Mme Weil.

5636
Nombre de réfugiés syriens arrivés au Québec entre le début 2015 et le 23 mai 2016

Principaux pays de naissance des immigrants au Québec (2015)

  • France - 9,2 %
  • Chine - 7,4 %
  • Iran - 7,3 %
  • Syrie - 5,9 %
  • Algérie - 5,5 %
  • Maroc - 5,1 %
  • Haïti - 4,7 %

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer