Les députés libéraux «très unis» assure Couillard

Philippe Couillard à son arrivée à la réunion du... (PHOTO PC)

Agrandir

Philippe Couillard à son arrivée à la réunion du caucus au Manoir Montmorency de Québec.

PHOTO PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Philippe Couillard a assuré que ses députés sont «très unis», lundi soir, en arrivant à une réunion du caucus que son gouvernement avait tenté de garder secrète.

Le caucus libéral se réunit derrière des portes closes au Manoir Montmorency de Québec. Une rencontre - payée en partie par des fonds publics - et dont la tenue a été éventée dans les médias la semaine dernière. 

La réunion ne figure pas à l'agenda officiel du premier ministre, pas plus qu'à l'horaire public des ministres du gouvernement. 

«C'est normal que, parfois, les groupes parlementaires fassent ça, a dit M. Couillard. Tous les groupes parlementaires l'ont fait. Et c'est dans les médias depuis plusieurs jours, donc parler de secret m'apparaît un peu exagéré.»

Le coût de la rencontre est en partie payé par l'Assemblée nationale, a confirmé le whip du gouvernement, Stéphane Billette. Les députés y contribuent aussi à travers le «Fonds mutuel des députés libéraux», une cagnotte à laquelle ils cotisent de leur poche pour organiser des événements sociaux.

Les députés et ministres qui ont défilé à l'entrée du Manoir ont assuré que le parti est uni, même si plusieurs reportages font état d'une grogne à l'égard de l'entourage du premier ministre Couillard.

«On peut toujours communiquer mieux, passer mieux nos messages», a convenu le député Patrick Huot, pour qui la réunion est un exercice de «team bonding».

Son collègue Gerry Sklavounos a admis que le «flot d'information» peut être amélioré au sein de l'équipe libérale.

Mais les élus ont assuré que le gouvernement reste soudé, même si plusieurs dossiers ont testé l'unité des troupes libérales ces derniers mois, par exemple le registre des armes à feu, les allégations autour du ministère des Transports et Uber.

«Au sein du caucus, vous savez, de penser que tu as 71 députés qui pensent toujours la même chose en même temps, ce n'est pas comme ça, a convenu le ministre des Transports, Jacques Daoust. Mais on a le droit d'exprimer des opinions, on a le droit de discuter. Et à la fin de la journée, on se rallie.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer