PQ: Cloutier prévoit un affrontement «shakespearien» avec Hivon

Lors de la dernière course à la direction... (PHOTO SYLVAIN MAYER, ARCHIVES GESCA)

Agrandir

Lors de la dernière course à la direction du Parti québécois, Alexandre Cloutier (photo) avait reçu l'appui de sa collègue Véronique Hivon. Il semble qu'un duel se pointe plutôt entre ces deux amis pour la succession de Pierre Karl Péladeau.

PHOTO SYLVAIN MAYER, ARCHIVES GESCA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La course à la direction du Parti québécois a connu son coup d'envoi non officiel, vendredi, et déjà Alexandre Cloutier a laissé entrevoir le scénario « shakespearien » d'un affrontement avec son ancienne alliée, Véronique Hivon.

Même si les modalités de la course ne sont pas connues et que personne n'a officialisé sa candidature, quatre prétendants pressentis à la succession de Pierre Karl Péladeau ont clairement affiché leur intérêt pour le poste. Ils ont même donné l'impression de se positionner sur les blocs de départ à l'occasion d'une réunion du caucus péquiste pour faire le choix, entre autres, d'un chef intérimaire entre Sylvain Gaudreault, présenté comme le favori, et Agnès Maltais.

Alexandre Cloutier a, pratiquement, confirmé sa candidature. Il a affirmé que sa décision « est prise » et qu'il annoncera ses intentions sous peu en compagnie de son épouse.

Le député de Lac-Saint-Jean a aussi laissé entrevoir un duel avec sa collègue Véronique Hivon, qui avait appuyé sa candidature lors de la dernière course à la direction.

« Mme Hivon et moi, on a un dialogue qui est entamé, on a toujours autant d'affection l'un pour l'autre, a indiqué M. Cloutier. Et on a une véritable relation d'amitié, ce qui fait que c'est un peu shakespearien comme scénario et comme situation. »

« De toute évidence, on semble se diriger vers une course au Parti québécois », a-t-il dit.

Mme Hivon, elle, n'a montré aucun signe qu'elle compte reculer. Au contraire, elle a confirmé qu'elle sent des appuis au sein du caucus péquiste et qu'elle annoncera ses intentions rapidement. 

Elle a ajouté que la décision de M. Cloutier de plonger ou pas dans la course n'aura aucune influence sur sa réflexion. 

« Je suis dans ma propre trajectoire, dans ma propre autonomie », a-t-elle résumé. Certes, elle avait appuyé son collègue lors de la précédente course. Mais les choses ont changé. « Je pense que je suis pas mal capable de voler de mes propres ailes », a-t-elle résumé. Cette mère d'une jeune fille a précisé que les considérations familiales ne sont plus un obstacle à sa candidature.

Martine Ouellet et Nicolas Marceau intéressés

Deux autres candidats pressentis, Martine Ouellet et Nicolas Marceau, ont confirmé leur intérêt pour la chefferie. 

M. Marceau, qui a plaidé cette semaine pour une candidature économique, s'est dit satisfait d'avoir obtenu l'appui du député Alain Therrien.

« Je pense que le Parti québécois doit faire de l'économie sa priorité, a déclaré M. Marceau. De toute évidence, M. Therrien partage mon analyse et je crois qu'il n'est pas seul parmi les députés, et pas seul certainement parmi les militants. »

De son côté, Martine Ouellet a cherché à faire valoir ses atouts, écorchant au passage ses adversaires potentiels. « La décision n'est pas encore prise, mais ça va bon train. Je reçois beaucoup, beaucoup d'encouragements. Les gens cherchent une candidature avec un profil économique. Et avec toute ma carrière chez HQ, je suis ingénieure mécanique de formation, avec un MBA, j'ai fait toute ma carrière dans le développement économique. » Quant à l'économiste Nicolas Marceau, « il a un profil un peu plus universitaire, moi c'est peut-être plus un profil de terrain », a-t-elle lâché. M. Cloutier et Mme Hivon « n'ont pas la même expérience » en matière économique, « c'est certain ». Mais « ce sont également des bonnes candidatures, on a une diversité de talent », a ajouté Mme Ouellet.

François Gendron suggère plutôt un couronnement

Le vétéran François Gendron suggère à ses collègues un couronnement, une option qui aurait « une série d'avantages » qu'il n'a toutefois pas voulu énumérer devant les caméras. Mais la plupart des députés veulent une course rapide. L'élection du chef devrait avoir lieu à la fin septembre ou au début octobre, estime Dave Turcotte, qui siège à l'exécutif national du PQ qui se réunira ce soir. « Un couronnement, c'est sûr que ça fait plus vite, mais visiblement, je crois qu'on est devant une course actuellement », a-t-il dit. Harold Lebel partage son avis sur une campagne rapide à la direction. Une course est nécessaire, « parce qu'il faut laisser parler les militants, on n'est pas pour faire ça au-dessus de leur tête. [...] Il faut que nos militants aient des choix. Nos militants nous disent qu'ils ne veulent pas que le choix d'un chef se décide juste au caucus. »

« Un couronnement derrière les portes closes avec le caucus uniquement, je ne pense pas que la base apprécierait, a dit Maka Kotto. Cette base a besoin de s'inscrire dans un choix aussi important à deux ans d'une élection générale. »

Claude Cousineau, qui appuie Véronique Hivon, croit qu'une course, « c'est sain, ça permet de brasser des idées », « mais si ça arrive à un couronnement, on le prendra ».

Gaétan Lelièvre, qui avait appuyé Alexandre Cloutier lors de la précédente campagne au leadership, hésite. Il se dit déchiré entre M. Cloutier et Véronique Hivon. Il veut éviter un affrontement entre les deux amis. L'un doit se rallier à l'autre, et vite, selon lui. « Sans parler de couronnement, j'aimerais beaucoup que Véronique et Alexandre fassent partie de la même équipe comme on l'a fait la dernière fois », a-t-il dit. « Ce sont deux candidatures qui se ressemblent beaucoup, ils ont les mêmes valeurs, la même vision. » Il a fait des tentatives de rapprochement, sans succès jusqu'ici.

Pour Martin Ouellet, « une course ou un couronnement, je n'ai aucun problème avec ça ». Les candidats potentiels doivent mettre fin au suspense rapidement selon lui. « Avant de choisir mon capitaine, je veux savoir qui jouera sur la glace. Et qui jouera sur la glace, c'est important que je le sache ce matin. »

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer