Québec Solidaire: la division du vote souverainiste sera débattue

La coporte-parole de Québec solidaire (QS), Françoise David... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

La coporte-parole de Québec solidaire (QS), Françoise David

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
QUÉBEC

La coporte-parole de Québec solidaire (QS), Françoise David, a déclaré lundi que la division du vote souverainiste alimentera la réflexion de ses militants au cours des prochaines années.

Mme David a cependant affirmé qu'il est prématuré d'envisager des alliances avec le Parti québécois (PQ) dans le cadre d'un éventuel plan d'accession à l'indépendance.

«Une vision commune du processus d'accession à la souveraineté, cela ne signifie en rien que nous irions vers des alliances électorales», a-t-elle dit dans un point de presse.

Mme David a affirmé que les militants de QS n'ont pas encore commencé les discussions en prévision de la campagne électorale de 2018.

Selon la députée de Gouin, tous les partis souverainistes devront s'interroger sur l'avantage dont disposent les partis fédéralistes avec la division du vote souverainiste entre trois formations.

«C'est une question qui concerne aussi bien Québec solidaire que le PQ, qu'Option nationale, et tout le monde aura à réfléchir à cette question, a-t-elle dit. C'est ce que nos membres feront dans les prochaines années.»

En fin de semaine dernière, le chef péquiste Pierre Karl Péladeau a envoyé un nouveau signal d'ouverture aux souverainistes progressistes.

Dans une lettre ouverte qui ne fait aucune référence directe à QS, M. Péladeau s'est limité à évoquer une «feuille de route commune», sans évoquer l'éventualité d'alliances électorales.

Mme David a estimé qu'il faudra attendre avant de voir si cet appel a un effet dans sa formation politique.

«Je sais que tout le monde pense déjà à 2018, nous n'en sommes pas là, a-t-elle dit. Les débats dans nos rangs, avec nos membres, ne sont pas commencés sur la stratégie que nous aurons en vue de la prochaine élection. Cela se fera dans les prochains mois. Donc, rien de changé pour le moment.»

Selon la députée, l'ouverture du PQ aux propositions progressistes provenant de l'extérieur est le seul élément nouveau dans la lettre du chef péquiste.

Mme David croit cependant que les affinités économiques de M. Péladeau avec la Coalition avenir Québec envoient un message contradictoire.

«Ce que nous disons à M. Péladeau et au Parti québécois, c'est: 'Écoutez, nous, on est des gens de dialogue, toujours ouverts à la discussion. Mais là, il va falloir vous brancher'», a-t-elle dit.

Mme David a expliqué que QS a accepté une invitation du groupe OUI-Québec à réfléchir avec les autres partis souverainistes à un plan d'accession à l'indépendance.

«Nous l'avons acceptée, ce qui ne veut rien dire du tout pour la suite des choses, a-t-elle dit. À la limite, je vous le dis, à la limite, on pourrait avoir une vision commune, encore faudrait-il savoir quelle est celle du Parti québécois.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer