Pierre Karl Péladeau tente de rassurer les autres partis souverainistes

Pierre Karl Péladeau... (Archives La Presse)

Agrandir

Pierre Karl Péladeau

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Saint-Arnaud
La Presse Canadienne

La coalition OUI-Québec (Organisations unies pour l'indépendance) accueille favorablement l'ouverture du Parti québécois vers les forces progressistes du paysage politique québécois, mais Québec solidaire s'interroge sur les raisons de sortie publique du chef péquiste, Pierre-Karl Péladeau.

« Je ne sais pas pourquoi M. Péladeau, tout d'un coup, en fait une nouvelle », s'est étonnée la députée de Saint-Marie-Saint-Jacques, Manon Massé, en entrevue avec La Presse Canadienne.

« On est déjà en discussion. On est déjà assis au OUI-Québec avec le PQ et d'autres groupes de la société civile. On pense qu'il y a de l'avenir au OUI-Québec parce que ce ne sont pas seulement les partis politiques », a-t-elle précisé.

Dans une lettre envoyée au Devoir, samedi, Pierre Karl Péladeau plaide que sa formation est réellement ouverte à l'idée de faire une large place aux forces progressistes, avec lesquelles il souhaite établir une « feuille de route commune et bâtir un véritable projet de société ».

Dans sa missive écrite avec la députée Véronique Hivon, M. Péladeau tend la main à Québec solidaire et à Option nationale, insistant sur l'existence de plusieurs points de similitude entre les acteurs engagés dans la convergence, notamment les valeurs de justice sociale.

« Que Québec solidaire influence les plateformes du Parti québécois et de tout autre parti, bien sûr! C'est ce qu'on souhaite le plus », souligne Mme Massé, qui salue l'ouverture tout en se disant confuse face à celle-ci.

« Je prends note, mais en même temps, il y a quelques semaines, M. Péladeau ouvrait ses bras à la Coalition avenir Québec. Ce n'est pas clair pour le monde en général, d'ouvrir les bras à la CAQ et là, tout à coup, de dire : oui, notre programme sera progressif. »

La députée y voit un flou politique difficilement soutenable.

« Qu'est-ce qu'il faut comprendre? Qu'il n'y a plus de droite et de gauche? », s'interroge-t-elle.

« Est-ce qu'on peut, s'il vous plaît, avoir un petit peu plus de clarté et rester sur la même voie de chemin de fer pour ne pas égarer tout le monde? », s'est-elle finalement exclamée.

Discussions à venir

La lettre a été transmise à quelques jours d'une importante réunion qui rassemblera l'essentiel des acteurs de la convergence, soit le PQ, Québec solidaire, Option nationale, le Bloc québécois, sous le parapluie OUI-Québec, présidée par Claudette Carbonneau.

Rejointe par La Presse Canadienne, Mme Carbonneau a expliqué que la coalition, issue de la société civile, se veut non partisane et axée sur la mise en oeuvre du projet de souveraineté.

OUI-Québec a le « mandat de tenter d'ouvrir avec les partis politiques un débat sur une feuille de route, sur les modalités d'accession à l'indépendance », a-t-elle expliqué.

« On trouvait ça un peu incongru qu'il y ait trois partis indépendantistes et que chacun y va de sa propre proposition sur les moyens d'atteindre l'indépendance », a précisé Mme Carbonneau, estimant qu'il est essentiel que les partis et la société civile se parlent et se rapprochent.

Elle se défend vigoureusement, toutefois, d'y voir une tentative de rapprochement stratégique des formations politiques à des fins électorales.

« On n'en est pas, mais pas du tout à ce moment-ci, à discuter de quelque alliance électorale. Ce n'est ce qu'on a mis à l'ordre du jour à ce moment-ci. »

Il n'empêche qu'une éventuelle alliance n'est pas sans attrait, reconnaît l'ancienne présidente de la CSN, d'autant plus que de récents sondages laissent entrevoir la possibilité d'une victoire advenant une coalition des forces souverainistes, mais elle sait pertinemment qu'un tel discours ne ferait qu'effaroucher les acteurs politiques concernés.

« C'est une piste qui est certainement regardée, mais il ne faut pas mettre la charrue avant les boeufs. Les premiers débats doivent servir à échanger sur des idées, sur le fond », a insisté Claudette Carbonneau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer