Sondage CROP-La Presse: Péladeau et Legault surpris de voir les libéraux en tête

Pierre Karl Péladeau, Philippe Couillard, et François Legault, en juin... (Photo Jacques Boissinot, archives PC)

Agrandir

Pierre Karl Péladeau, Philippe Couillard, et François Legault, en juin 2015.

Photo Jacques Boissinot, archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse

Pierre Karl Péladeau et François Legault ont avoué être surpris par les résultats du sondage CROP-La Presse selon lequel le Parti libéral reste en tête des intentions de vote malgré les controverses qui l'ont ébranlé au cours des dernières semaines.

« Je vais être bien honnête avec vous », je suis surpris aussi, a convenu le chef du Parti québécois, invité à réagir au résultat.

« Je suis surpris du fait qu'avec toutes les erreurs, toutes les voltefaces qui ont eu lieu récemment, avec les accusations criminelles contre Nathalie Normandeau et Marc-Yvan Côté, que le taux de satisfaction soit toujours relativement élevé », a-t-il ajouté.

Le sondage révèle que le gouvernement Couillard aurait obtenu 33 % des suffrages si des élections avaient eu lieu dans les derniers jours. Le Parti québécois aurait recueilli 26 % des voix, la Coalition avenir Québec 25 %, et Québec solidaire 14 %.

Et malgré les controverses - en particulier l'arrestation récente de l'ex-vice-première ministre Nathalie Normandeau -, le taux d'insatisfaction envers le gouvernement Couillard reste inférieur à celui du gouvernement de Jean Charest à mi-mandat.

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, le résultat « n'a pas de sens » considérant l'accumulation des controverses depuis le début de l'année. Il y voit un indice que le Parti libéral exerce un « monopole » sur le contrôle de l'État québécois.

« Même avec toutes les erreurs du gouvernement Couillard, le Parti libéral est toujours premier, a-t-il dit. Pourquoi ? Parce que nous vivons toujours dans une période de polarisation entre souverainistes et fédéralistes qui dure depuis 40 ans. Et plusieurs, surtout dans la communauté anglophone, votent libéral parce qu'ils sont contre la souveraineté du Québec. »

Mais selon les libéraux, l'opposition ne fait que récolter ce qu'elle sème. Le leader parlementaire du gouvernement, Jean-Marc Fournier, avait maintes fois appelé ses rivaux à modérer leurs critiques à l'endroit du gouvernement.

« J'imagine que le fait qu'on gouverne, que le fait qu'on ne soit pas dans la bouette, c'est peut-être un avantage », a-t-il observé jeudi matin.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer