Françoise David endosse les commentaires d'Amir Khadir sur Jean Charest

Amir Khadir et Françoise David, lors du congrès... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Amir Khadir et Françoise David, lors du congrès de Québec solidaire, en mai 2015.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Amir Khadir a « absolument raison » d'affirmer que Jean Charest est le « premier suspect » de crimes qui auraient été commis par le Parti libéral, a dit la députée de Québec solidaire, Françoise David.

La porte-parole parlementaire de la formation politique n'a pas utilisé les mêmes mots que son collègue, qui s'est livré mardi à une charge à fond de train contre l'ancien premier ministre libéral. Mais elle dit partager son opinion sur le fond.

« Vous savez très bien que M. Khadir et moi avons un vocabulaire différent, ce n'est pas la première fois que ça se passe, a-t-elle dit. Mais je peux vous dire que sur le fond des choses, nous partageons la même opinion. »

Selon elle, Jean Charest porte une « lourde responsabilité » dans les malversations qui ont entouré le financement politique du Parti libéral dans les années 2000. Selon elle, l'ancien chef « ne peut se défiler » de sa responsabilité.

« Un chef, ça assume des responsabilités, a-t-elle dit. Je pense que Jean Charest porte à tout le moins une immense responsabilité qui est celle de ne pas avoir bien géré sa machine à faire de l'argent. »

Poursuite?

M. Khadir a invité M. Charest à le poursuivre s'il est en désaccord avec ses commentaires. Mme David n'a pas voulu dire si Québec solidaire est prêt à utiliser des ressources financières pour défendre le député si l'ancien premier ministre relève le défi.

« Nous n'en sommes absolument pas là, a-t-elle dit. La seule chose que je vais vous répéter ce matin, c'est que sur le fond des choses, mon collègue a absolument raison. M. Charest porte une très lourde responsabilité et devra en répondre. »

Le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, a abondé dans le même sens. À ses yeux, M. Charest ne pouvait ignorer les pratiques du parti qu'il dirigeait.

« Je pense qu'il devait savoir, et, s'il ne le savait pas, il a manqué à sa responsabilité de le savoir », a-t-il affirmé.

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, n'a pas voulu lancer la pierre à M. Charest. Il fait valoir qu'il n'y a aucune preuve que l'ancien premier ministre a été impliqué dans des malversations.

« Il y a comme une aura de suspicion, a-t-il convenu. Mais, pour l'instant, on n'a pas ces preuves-là. »

Mardi, M. Charest a qualifié de « totalement gratuits » les commentaires de M. Khadir. Il a accusé le député solidaire de souffrir d'une « obsession » à son endroit. Il n'a pas précisé s'il compte le poursuivre.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer