Jean Charest est le «premier suspect», selon Amir Khadir

Amir Khadir... (Photo Robert Skinner, archives La Presse)

Agrandir

Amir Khadir

Photo Robert Skinner, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le député de Québec solidaire, Amir Khadir, soupçonne Jean Charest d'être responsable de gestes criminels qui auraient été commis par le Parti libéral. Il a qualifié l'ancien premier ministre de «premier suspect», mardi, et l'a mis au défi de le poursuivre s'il est en désaccord avec ses propos.

«Je soupçonne qu'il a été à la commande de la machine qui a commis ces crimes, a déclaré M. Khadir. Je soupçonne que c'est lui qui décidait en dernier lieu que, oui ou non, on opérait comme ça. Je soupçonne donc que les choses qu'a faites Mme Normandeau et qui ont conduit l'UPAC à l'accuser en matière criminelle relèvent aussi de la responsabilité de M. Charest.»

Si M. Charest souhaite contester ses commentaires, il n'a qu'à le poursuivre pour diffamation, a ajouté le député.

«Je mets au défi M. Charest, s'il pense le contraire, s'il n'est pas suspect d'avoir collaboré et orchestré ce que ses ministres ont fait, de me poursuivre en justice », a-t-il déclaré.

M. Charest a critiqué la sortie de M. Khadir par la plume de son porte-parole, Gregory Larroque.

« De toute évidence, M. Khadir souffre d'une obsession à l'endroit de M. Charest, ses propos sont totalement gratuits », a-t-il indiqué dans un court courriel.

Il n'a pas répondu à un courriel demandant si M. Charest compte poursuivre M. Khadir.

Lundi, l'ancien premier ministre a assuré avoir dirigé un «gouvernement honnête et intègre» lors d'un passage à l'Assemblée nationale.

Sa sortie n'a guère convaincu les partis de l'opposition.

Le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, a affirmé qu'il ne croit «pas du tout» l'ancien chef libéral.

«Je suis d'accord qu'il y a une présomption d'innocence, a-t-il affirmé. Mais il y a quand même eu une arrestation importante, et nous avons eu, durant son règne, l'occasion de voir un certain nombre de circonstances qui se sont produites.»

Il a cité en exemple l'arrestation de l'ex-ministre Tony Tomassi, ainsi que la résistance de M. Charest à instituer une commission d'enquête sur la collusion et la corruption.

D'ailleurs, même du côté gouvernemental, on n'a pas nié que des gestes répréhensibles ont pu être commis.

«Je ne dis pas que dans le passé, peut-être, il y a eu un comportement douteux de certaines personnes, a affirmé la ministre responsable des Institutions démocratiques, Rita de Santis. Le Directeur général des élections, l'UPAC, font leur travail. Ce n'est pas à Rita de Santis de juger qu'une personne ou qu'un groupe de personnes a fait des choses légalement ou illégalement.»

L'actuel premier ministre Philippe Couillard a pris ses distances des pratiques du gouvernement Charest dans la foulée de l'arrestation de Mme Normandeau le mois dernier.

Mais selon le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, M. Couillard ne peut se dissocier de l'héritage de son parti politique.

«M. Couillard essaie de se distancer de Jean Charest, mais, en même temps, il veut garder l'argent qui a été collecté pendant l'ère Jean Charest, donc il n'y arrivera pas», a-t-il affirmé.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer