Heurtel sera absent du dévoilement de la politique énergétique

Selon Patrick Bonin, porte-parole de Greenpeace, l'absence du... (PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Selon Patrick Bonin, porte-parole de Greenpeace, l'absence du ministre de l'Environnement David Heurtel envoie un mauvais signal, compte tenu de l'importance de l'annonce.

PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre de l'Environnement, David Heurtel, sera absent lors du dévoilement de la politique énergétique 2016-2030, une pièce maîtresse du virage vert du gouvernement Couillard.

Trois ministres participeront à l'événement qui se déroulera jeudi à Montréal, précisent les invitations lancées pour l'annonce. Pierre Arcand, ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, sera présent comme maître d'oeuvre du dossier. Il sera flanqué de ses collègues Dominique Anglade (Économie, Science et Innovation) et Geoffrey Kelley (Affaires autochtones).

Le premier ministre Philippe Couillard pourrait être de l'annonce, comme Jean Charest l'était lors du dévoilement de la précédente mouture de la politique, en 2006. Mais le cabinet du premier ministre ne l'a pas confirmé hier.

On confirme en revanche que le ministre de l'Environnement, David Heurtel, ne sera pas présent.

Au bureau du ministre Arcand, on fait valoir que d'autres ministres touchés par la politique seront absents, notamment le titulaire des Transports, Jacques Daoust. La porte-parole de Pierre Arcand, Véronique Normandin, souligne que M. Heurtel a joué un rôle important dans l'élaboration de la politique.

«Tous les ministères ont été impliqués dans la rédaction et la conception de la Politique énergétique 2030, indique-t-elle. Il s'agit d'une politique de développement ambitieuse, rassembleuse et complémentaire aux autres plans d'action du gouvernement, notamment en matière d'électrification des transports et d'environnement.»

«La Politique énergétique est gouvernementale, et tous les ministres en seront les ambassadeurs», ajoute-t-elle. Au cabinet du ministre Heurtel, on a abondé dans le même sens.

N'empêche, dit Patrick Bonin, porte-parole de Greenpeace, l'absence du ministre de l'Environnement envoie un mauvais signal, compte tenu de l'importance de l'annonce.

«C'est un message un peu contradictoire avec la volonté affirmée du gouvernement d'accélérer le virage vert, déplore M. Bonin. Et ça jette de l'ombre sur ce qui doit être la priorité de cette politique énergétique, c'est-à-dire la lutte aux changements climatiques.»

Fonds vert

L'annonce de jeudi devait avoir lieu en février, mais elle a été reportée à cette semaine. Ce sera l'aboutissement d'un processus de près d'un an et demi. Le gouvernement Couillard a lancé les travaux sur l'élaboration de la politique en novembre 2014, et a tenu une série de consultations l'an dernier.

La Presse a révélé en février que Québec annoncerait la mise en place d'un nouvel organisme chargé de coordonner toutes les actions gouvernementales sur l'efficacité énergétique et la lutte contre les changements climatiques. Cette nouvelle entité relèvera du ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles, et non plus de l'Environnement.

Ce changement a provoqué un bras de fer entre les deux ministères.

Transition majeure

Au cours des derniers mois, Philippe Couillard a laissé entrevoir un changement de cap majeur, une «transition» vers une économie plus verte. Sa volte-face sur l'exploration pétrolière dans l'île d'Anticosti lors de la conférence de Paris sur les changements climatiques a d'ailleurs semblé confirmer la détermination du premier ministre à cet égard.

En février, en plein débat sur Anticosti, le premier ministre a prononcé un discours remarqué devant l'Association québécoise de la production d'énergie renouvelable (AQPER). C'était la première fois qu'un premier ministre prenait la parole devant les membres de cet organisme.

M. Couillard avait alors promis que la politique énergétique pour les années 2016-2030 ferait du Québec un «leader mondial de la production en énergie verte». Il a dit miser sur l'innovation et la décarbonisation pour atteindre cet ambitieux objectif.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer