Exclusif

UberX: Daoust et Couillard en désaccord

Le ministre des Transports Jacques Daoust et le... (PHOTO OLIVIER JEAN, archives LA PRESSe)

Agrandir

Le ministre des Transports Jacques Daoust et le cabinet de Philippe Couillard sont en désaccord sur la façon d'encadrer légalement Uberx.

PHOTO OLIVIER JEAN, archives LA PRESSe

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Accrochage en vue à Québec. Le ministre des Transports, Jacques Daoust et le cabinet de Philippe Couillard ne s'entendent pas sur la façon de régler le dossier délicat d'UberX, a appris La Presse.

Le ministre Jacques Daoust avait planifié déposer un... (PHOTO DAVID BOILY, archives LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Le ministre Jacques Daoust avait planifié déposer un projet de loi sur UberX avant la fin mars, une échéance qui ne pourra manifestement pas être respectée. 

PHOTO DAVID BOILY, archives LA PRESSE

Selon le premier ministre Philippe Couillard, il est... (photo Jacques Boissinot, archives la presse canadienne) - image 1.1

Agrandir

Selon le premier ministre Philippe Couillard, il est impossible de mettre complètement fin à Uber. 

photo Jacques Boissinot, archives la presse canadienne

La solution prônée par le ministre Daoust, imposer de lourdes redevances aux chauffeurs équivalant au poids financier d'un permis, ne font pas l'affaire de Philippe Couillard. Cette solution empêcherait dans les faits les chauffeurs occasionnels de prendre des passagers ; or le gouvernement souhaite qu'on laisse cette possibilité « ouverte ».

Et comme la proposition du ministre Daoust ne remporte pas l'adhésion, l'échéance de la fin mars qu'il s'était lui-même fixée pour le dépôt d'un projet de loi est, à l'évidence, caduque. Le projet n'a même pas été abordé au comité ministériel sur la législation, et plusieurs semaines s'écouleront encore avant un dépôt à l'Assemblée nationale.

En début de semaine, le ministre Daoust a fait une présentation au comité des priorités, sans obtenir de feu vert pour sa stratégie. Inversement, il est apparu clairement que le ministre Daoust n'accepterait pas de reculer sur les positions très fermes adoptées publiquement lors de la commission parlementaire du début du mois.

Dans un premier temps M. Daoust avait suggéré que Québec rachète quelques centaines des permis actuellement entre les mains des chauffeurs, une facture importante. Par la suite, il a proposé que l'on demande aux chauffeurs d'Uber de payer une redevance qui les aurait mis sur le même pied que leurs collègues qui ont à supporter le financement d'un permis. Plus récemment il aurait évoqué, privément, la possibilité pour les chauffeurs occasionnels d'acheter « des blocs d'heures », des permis très limités dans le temps et par conséquent moins coûteux.

Dans le passé, le premier ministre Couillard a déjà dit publiquement qu'il serait impossible de stopper complètement cette manifestation de l'économie de partage. Uber est arrivé sur le marché avec une nouvelle application technologique qui ne pourra être rayée de la carte, avait indiqué le chef du gouvernement début février. « Historiquement, tout mouvement qui a cherché à arrêter un développement technologique a échoué », avait même prédit M. Couillard. Encore maintenant, pour le cabinet du premier ministre, la solution devra permettre « qu'il soit possible qu'UberX fonctionne » a-t-on appris.

8500
Nombre de permis de taxis actuellement en circulation au Québec

Car on craint qu'en dépit d'une loi restrictive, les chauffeurs d'UberX continuent de toute façon leur activité, qu'il soit impossible de stopper complètement ces opérations, à moins de déclencher une vaste opération policière. Or une telle intervention est hors de question, et le gouvernement sortirait amoché d'une telle confrontation.

En revanche, permettre ces chauffeurs sans autorisation fait fondre la valeur des permis dûment payés par les autres chauffeurs. La communauté haïtienne de Montréal est venue faire valoir qu'elle avait injecté 350 millions de dollars dans l'achat de tels permis.

Le ministre Daoust voudrait que les chauffeurs aient un permis de conduire spécial pour faire du taxi. Il faudra que les automobiles répondent à des standards de sécurité élevés.

Québec lorgne aussi du côté de l'Ontario - à Toronto, ces activités sont du ressort de la municipalité et le maire y est favorable. Une réglementation sur le covoiturage urbain est en train d'être développée, à Toronto comme à Ottawa, autant d'avancées qui incitent Québec à ne pas trop clairement prohiber le nouveau joueur. Uber est réglementé dans plus de 80 juridictions dans le monde, il est en activité dans 400 villes réparties dans 60 pays.

À Montréal, le maire Denis Coderre est fermement opposé à UberX. Le comté que l'ancien ministre fédéral représentait aux Communes compte une forte proportion d'Haïtiens.

L'opposition péquiste est tout aussi opposée à UberX. La porte-parole Martine Ouellet avait reçu publiquement l'appui des Métallos pour sa campagne électorale - le syndicat compte représenter les chauffeurs de taxis de Montréal. Aussi son ancien chef de cabinet, Thierry St-Cyr, est-il le porte-parole de Teo, le projet de taxis électriques d'Alexandre Taillefer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer