100 000 $ par ministre, un objectif «exagéré»

Marguerite Blais, ancienne ministre responsable des Aînés... (PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Marguerite Blais, ancienne ministre responsable des Aînés

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'ancienne ministre responsable des Aînés Marguerite Blais se garde bien de commenter l'arrestation de son ex-collègue Nathalie Normandeau. Mais elle souligne que les faits qui lui sont reprochés remontent vraisemblablement à « la période où les ministres du gouvernement libéral devaient amasser 100 000 $ » de financement, un « montant nettement exagéré », selon elle.

Invitée à réagir aux arrestations de l'UPAC à l'émission de radio d'Alain Gravel, Mme Blais a rappelé qu'à l'époque, le Parti libéral demandait à ses ministres de récolter 100 000 $ auprès de donateurs. « Moi, j'étais dans Saint-Henri-Saint-Anne, j'étais ministre responsable des Aînés, je n'étais pas [une ministre] qui pouvait donner des contrats », a-t-elle dit à l'animateur, qui lui demandait si elle avait elle-même atteint cet objectif de financement de 100 000 $. 

« C'est peut-être mal sorti à la radio », a-t-elle plus tard indiqué à La Presse, lors d'un bref entretien téléphonique où nous lui avons demandé si le fait d'attribuer des contrats facilitait la récolte des 100 000 $ demandés. « Ce que j'ai voulu dire, c'est qu'en tant que ministre responsable des Aînés, je n'accordais pas de contrats. Je donnais des subventions à des organismes sans but lucratif. En plus, j'étais dans la circonscription où se trouve Saint-Henri. Je n'étais pas à Westmount. Il y a des comtés où c'est plus facile que d'autres de faire du financement. »

« L'objectif de 100 000 $, ça veut pas dire que t'étais obligé de ramasser 100 000 $ et ça veut pas dire que tout le monde réalisait cet objectif-là », a ajouté l'ex-ministre. Mme Blais a ensuite refusé d'expliquer davantage sa pensée. « Je n'ai rien à clarifier. Je n'ai pas l'intention de commenter davantage », a-t-elle poliment dit.

Henri-François Gautrin, ex-ministre des Service gouvernementaux... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES PC) - image 2.0

Agrandir

Henri-François Gautrin, ex-ministre des Service gouvernementaux

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES PC

PAS UNE DEMANDE, DIT GAUTRIN

L'ex-ministre des Service gouvernementaux, Henri-François Gautrin, qui a été député libéral de 1989 à 2012, assure pour sa part que cette cible de 100 000 $ n'était qu'un « objectif ». « Ce n'était pas une demande [formelle du parti] », a-t-il insisté.

« Personnellement, je n'ai jamais atteint ce montant. Ce n'était pas facile. C'est vrai que je ne donnais pas beaucoup de contrats, mais je pense que ça a davantage à voir avec le type de réseau que j'entretenais. Mon réseau est davantage universitaire. Il y a d'autres milieux où c'est plus facile avec les questions d'argent », a-t-il commenté.

« Il y a des gens qui mettaient plus de pression dans le parti pour qu'on atteigne le 100 000 $, mais j'avais suffisamment d'expérience pour savoir que ce n'était pas une obligation », a ajouté M. Gautrin.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer