Les députés libéraux devront appuyer le registre des armes, dit Couillard

Il y a un an, les élus de... (Photo Andy Clark, archives Reuters)

Agrandir

Il y a un an, les élus de l'Assemblée nationale avaient appuyé à l'unanimité une motion pour dénoncer la destruction des données québécoises du registre fédéral des armes d'épaule. Sur cette photo, un membre d'un club de tirs, en Colombie-Britannique.

Photo Andy Clark, archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Même si certains de ses députés ont exprimé des réserves sur la création d'un registre québécois des armes d'épaule, Philippe Couillard ne leur permettra pas de voter contre le projet de loi 64 que son gouvernement a déposé l'an dernier.

En point de presse, mercredi, le premier ministre a affirmé sans détour qu'il ne permettra pas la tenue d'un vote libre sur cette question.

« Le vote libre, c'est réservé pour des questions exceptionnelles, a-t-il affirmé. On se souvient de la loi [sur les soins en] fin de vie, c'est vraiment des questions morales très profondes, très personnelles où les questions spirituelles et religieuses entrent en jeu. »

Le projet de loi 64 sera étudié en commission parlementaire la semaine prochaine. S'il est adopté tel quel, toute arme d'épaule devra être immatriculée et se faire attribuer un numéro unique. Québec remplacerait ainsi le registre des armes, aboli par le gouvernement conservateur de Stephen Harper.

Plusieurs chasseurs et résidants des régions rurales se sont mobilisés dans les dernières semaines pour contrer l'initiative du gouvernement libéral. Une pétition en ligne demandant au gouvernement de renoncer au projet de loi a recueilli plus de 42 000 signatures.

Mais le premier ministre, qui est lui-même propriétaire d'armes de chasse, n'a aucune intention de reculer.

« Je ne vois pas c'est quoi le problème d'enregistrer les armes à feu, a-t-il affirmé. Après tout, on enregistre une remorque pour notre automobile, on enregistre un animal domestique. Qu'on s'objecte à enregistrer une arme à feu me paraît un peu curieux. »

L'imposition de la ligne de parti à tous les députés libéraux - la pratique habituelle - aura pour effet d'assurer l'adoption du projet de loi 64, car le Parti libéral est majoritaire à l'Assemblée nationale.

Mardi, des représentants du milieu policier et différents groupes sociaux ont tenu une conférence de presse à Québec pour appeler les politiciens à ne pas se laisser influencer par la frustration de certains chasseurs. Ils ont appelé tous les partis à appuyer le projet de loi.

Deux élus libéraux, le député de Beauce-Sud, Paul Busque, et la députée de Chauveau, Véronyque Tremblay, ont déjà exprimé des réticences face au projet de loi.

Mardi, M. Busque a refusé de commenter le dossier. Et lorsque Mme Tremblay a été questionnée sur la possibilité que le registre améliore la sécurité, elle a répondu : « C'est ce que pense le gouvernement. »

Le Parti québécois est favorable à la création d'un registre québécois des armes. Son chef, Pierre Karl Péladeau, s'est toutefois dit sensible aux « inquiétudes légitimes » exprimées dans certaines régions rurales, et relayées par des députés de son caucus.

Quant à la Coalition avenir Québec, elle s'oppose au projet de loi 64 dans sa forme actuelle, car elle craint les coûts de la création du registre.

Il y a un an, les élus de l'Assemblée nationale avaient appuyé à l'unanimité une motion pour dénoncer la destruction des données québécoises du registre fédéral des armes d'épaule.

Or, selon la Fédération canadienne des contribuables, le malaise exprimé par certains députés ces dernières semaines prouve qu'il n'existe pas de consensus au Québec sur la création d'un registre des armes.

Le porte-parole de l'organisme, Carl Vallée, presse M. Couillard de changer de cap et permettre la tenue d'un vote libre.

« On a vu avec les commentaires de certains députés péquistes, caquistes et libéraux que ce consensus n'existe pas, a dit M. Vallée. Ce serait important que les régions, les électeurs et les contribuables qui ne sont pas à l'aise avec ce projet-là puissent faire en sorte que leur voix soit exprimée à l'Assemblée nationale. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer