Les Canadiens n'ont pas à craindre Trump, dit le gouverneur du Maine

Paul LePage, le gouverneur du Maine, était de... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Paul LePage, le gouverneur du Maine, était de passage à Québec pour rencontrer le premier ministre Philippe Couillard, mercredi.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Les Canadiens n'ont pas à craindre l'élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis, a affirmé mercredi le gouverneur du Maine, Paul LePage, un partisan du milliardaire.

Certains s'inquiètent de l'avance que s'est forgée M. Trump dans la course à l'investiture du Parti républicain, en raison de sa promesse de bâtir un mur le long de la frontière du Mexique et son désir de bannir les musulmans du pays.

M. LePage était de passage à Québec pour rencontrer le premier ministre Philippe Couillard, mercredi. Et selon lui, les Canadiens n'ont « pas du tout » à craindre l'élection du favori des élections primaires républicaines.

« Les États-Unis doivent porter attention à leur dette accablante, a indiqué M. LePage. Il en aura plein les bras avec la réduction de la dette alors il n'aura pas le temps de bâtir des murs. »

Il a dit ne pas s'attendre des changements importants dans la relation entre le Canada et les États-Unis advenant l'élection de M. Trump en novembre. Pas plus qu'avec les autres pays d'Amérique latine, y compris le Mexique.

Selon le gouverneur républicain, les déclarations-chocs du favori à l'investiture républicaine doivent être accueillies avec un grain de sel.

« Parfois vous devez faire une déclaration pour rejoindre des gens et les amener à écouter, a-t-il expliqué. Beaucoup de la rhétorique que vous entendez de M. Trump est celle de quelqu'un qui veut faire une différence. Et il a fait quelque chose qui n'est pas arrivé dans notre pays depuis Ronald Reagan : il gagne l'attention du peuple américain. »

M. LePage avait d'abord appuyé la candidature de Chris Christie dans la course à l'investiture républicaine. Ce modéré a toutefois abandonné la course pour rallier M. Trump. M. LePage a confirmé son appui au milliardaire il y a deux semaines.

Couillard ne veut pas se mouiller

Le premier ministre Philippe Couillard n'a pas voulu commenter l'élection possible de M. Trump, qui a confirmé son statut de favori en remportant les primaires du Michigan, le Mississippi et Hawaii mardi.

« Si M. Trump devait un jour est élu président des États-Unis d'Amérique, on aura certainement des commentaires sur les politiques et nos relations, a dit M. Couillard. Actuellement, il est un candidat aux primaires. »

Le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, a indiqué que l'élection du prochain président revient au peuple américain. Il dit espérer que le successeur de Barack Obama saura trouver une issue au différend canado-américain sur le bois d'oeuvre.

« Nous vivons à l'heure actuelle dans un espace de libre-échange. J'ose espérer que la nouvelle administration américaine, quelle qu'elle soit, soit aussi libre-échangiste que l'État dans lequel nous nous trouvons à l'heure actuelle. »

Autoroute électrique

Le gouverneur LePage et M. Couillard ont annoncé leur intention d'établir un corridor de bornes de recharges qui facilitera la circulation de véhicules électriques sur les routes qui lient le Maine et le Québec. Ils ont mis sur pied un comité de travail qui émettra des recommandations cet été.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer