Anticosti: Pétrolia obtient sa rencontre avec Québec

Le président de l'entreprise, Alexandre Gagnon (photo), avait... (Photo Erick Labbe, archives Le Soleil)

Agrandir

Le président de l'entreprise, Alexandre Gagnon (photo), avait augmenté la pression sur le premier ministre Philippe Couillard, la semaine dernière.

Photo Erick Labbe, archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
Québec

Les dirigeants de la société Pétrolia rencontreront le premier ministre Philippe Couillard mercredi, a indiqué lundi l'entreprise.

Le président de Pétrolia, Alexandre Gagnon, avait augmenté la pression sur le premier ministre Couillard la semaine dernière.

Le gouvernement est un partenaire financier dans une coentreprise dont le mandat est d'explorer un gisement d'hydrocarbures sur Anticosti.

M. Couillard s'était engagé en février à rencontrer rapidement les dirigeants de l'entreprise, sans donner suite à cette déclaration.

Pétrolia a indiqué lundi que M. Gagnon participera mercredi à une réunion avec M. Couillard, à son cabinet, à une heure qui restait à confirmer.

Lundi dernier, M. Gagnon avait enjoint M. Couillard à joindre le geste à la parole «prestement», concernant le projet d'exploration pétrolière sur l'île d'Anticosti.

Dans sa lettre datée du 29 février, M. Gagnon avait affirmé que cette rencontre pourrait dissiper la «confusion» et les «incertitudes» provoquées par les prises de position publiques de M. Couillard contre les forages avec fracturation hydraulique.

Après avoir exprimé son intention de «tout faire» pour empêcher la fracturation hydraulique sur Anticosti, au début du mois de février, M. Couillard a déclaré que les fonctionnaires, qui doivent évaluer les demandes d'autorisations réglementaires, «feront ce qu'on leur dira».

M. Couillard a plaidé que le gouvernement péquiste est responsable de la participation financière de l'État, annoncée en 2014, dans une coentreprise d'exploration, Hydrocarbures Anticosti, mais des documents ont démontré que le projet avait été lancé alors que les libéraux de Jean Charest étaient au pouvoir, en 2012.

Lors du sommet de Paris sur les changements climatiques, en décembre, M. Couillard avait commencé à prendre ses distances du projet d'exploration sur Anticosti.

En février, Pétrolia a déposé une demande d'autorisation réglementaire afin d'amorcer la deuxième étape du programme d'exploration, qui nécessite le recours à la fracturation hydraulique, une méthode d'exploration controversée qui nécessite l'injection de produits chimiques dans le sol.

M. Couillard a répété à de nombreuses reprises que l'autorisation de poursuivre des travaux sera analysée sur la base de son impact sur l'hydrogéologie de l'île d'Anticosti.

Par ailleurs, le chef caquiste François Legault, favorable au développement des hydrocarbures sur Anticosti, devait rencontrer les dirigeants de Pétrolia, à sa demande, lundi.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer