«Je suis féministe à ma manière», précise Thériault

La ministre de la Condition féminine Lise Thériault a... (Photo Ivanoh Demers, archives La Presse)

Agrandir

La ministre de la Condition féminine Lise Thériault a déclenché une tempête en affirmant notamment être «beaucoup plus égalitaire que féministe», dans une entrevue publiée lundi.

Photo Ivanoh Demers, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le féminisme ne doit pas déboucher sur «un combat contre les hommes», prévient Lise Thériault, ministre de la Condition féminine, qui s'est plongée dans une controverse cette semaine. «Je suis féministe à ma manière», soutient-elle.

«Au-delà de la rectitude politique et des étiquettes, ce qui compte d'abord et avant tout, c'est l'égalité entre les femmes et les hommes», a-t-elle tenu à préciser dans une lettre obtenue par La Presse, hier.

«Malheureusement, le féminisme est parfois présenté comme un combat mené par les femmes contre les hommes. En ma qualité de vice-première ministre et de ministre responsable de la Condition féminine, je n'adhère pas à cette façon de voir les choses. C'est en référence à cette conception polarisante du féminisme que j'ai répondu à la question qui m'a été posée, explique-t-elle.

«Mon féminisme est égalitaire et rassembleur; il ne mise pas sur la confrontation, mais plutôt sur l'inclusion», insiste-t-elle. Aussi, elle souligne ne pas partager «la vision de celles qui font du féminisme un combat contre les hommes». 

Mme Thériault a déclenché une tempête avec des déclarations publiées lundi à la suite d'une entrevue accordée à La Presse Canadienne. De toute évidence, la ministre Thériault ne se voit pas comme la porte-parole des mouvements féministes. «Je suis beaucoup plus égalitaire que féministe», a-t-elle soutenu.

Plus tard, elle a paru réduire le mouvement féministe à une guerre passée. «La réalité des années 70 et la réalité d'aujourd'hui n'est plus pareille [...] Les gens ont évolué, des choses ont été faites.»

Puis elle a avoué ne pas avoir trouvé de modèle chez les féministes engagées. «S'il y en a une qui m'inspire plus que les autres? À première vue, je dirais non», a souligné la ministre. Mme Thériault a indiqué que les femmes devaient faire elles-mêmes leur place et a cautionné une réduction de budget au Conseil du statut de la femme.

Sa sortie a suscité des critiques chez Mélanie Sarazin, présidente de la Fédération des femmes du Québec, qui a qualifié de «méprisante et inquiétante pour la suite des choses» la déclaration de la nouvelle ministre.

Calmer le jeu

Dans une courte lettre, hier, elle a senti le besoin de freiner la controverse. «Il existe plusieurs visions du féminisme, et je n'ai pas l'intention de me lancer dans un grand débat de sémantique sur cette question. À celles et ceux qui ont pu en douter à la lecture de cette entrevue, je réitère, une fois pour toutes, qu'à ma manière je suis féministe.»

«Je peux vous assurer que je suis toujours reconnaissante envers chacune de ces pionnières qui ont pavé la voie pour que les femmes puissent faire leur place, notamment dans le monde politique», ajoute-t-elle. Pour la ministre Thériault, c'est «grâce au féminisme et à celles qui ont porté la cause de l'égalité des sexes à travers le temps» que la société a fait tant de progrès au cours des dernières décennies.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer