Le PQ adopte «un plan secret» qui doit le mener à la victoire en 2018

Le Parti québécois a adopté durant la fin de semaine «un plan secret» qui doit... (Photo archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Photo archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
TROIS-RIVIÈRES

Le Parti québécois a adopté durant la fin de semaine «un plan secret» qui doit le mener à la victoire, ont affirmé des représentants péquistes.

Le directeur général du PQ, Alain Lupien, a déclaré que l'objectif est de préparer les militants d'ici les prochaines élections générales prévues en 2018.

M. Lupien a affirmé que le parti reverra ses outils, méthodes et communications, sans donner plus de précisions aux journalistes.

«Vous comprendrez qu'on ne révélera pas les détails, mais vous pouvez être sûrs que les militants ont compris et sont résolument tournés vers la victoire pour 2018», a-t-il dit.

Le plan s'articule autour de trois «valeurs fondamentales», soit la vision à long terme, l'ouverture aux autres et l'innovation, a indiqué M. Lupien dans une conférence de presse de clôture d'un conseil national du PQ.

Le président du conseil exécutif national, Raymond Archambault, a expliqué que le plan doit demeurer à l'abri du regard des adversaires.

M. Archambault a expliqué que le plan adopté est beaucoup plus complet que ce qui a existé auparavant au PQ.

«Il y a des éléments stratégiques, les partis politiques ne diffusent pas leur stratégie interne comme ça, a-t-il dit. Chaque parti garde son plan secrètement.»

Environ 350 délégués ont adopté le plan ainsi que plusieurs résolutions, durant la fin de semaine, notamment sur la possibilité d'introduire des éléments de représentation proportionnelle dans le mode de scrutin.

Les militants ont également voté en faveur d'une intensification de la lutte contre les paradis fiscaux et pour que l'aile parlementaire fasse pression sur le gouvernement afin que la vente de marijuana, qu'Ottawa veut légaliser, soit confiée à une société d'État.

La date du prochain congrès péquiste, juin 2017, a également été approuvée officiellement par les délégués réunis dans un hôtel de Trois-Rivières.

D'ici à la fin de l'été prochain, la commission politique planchera sur une proposition principale de révision du programme politique péquiste, sur lequel les militants se prononceront dans les mois précédant leur congrès.

Dimanche, M. Péladeau a refusé de donner les critères à partir desquels il décidera, d'ici le scrutin de 2018, si un référendum peut être tenu dans le prochain mandat d'un gouvernement péquiste.

«Il y aura une série d'éléments qui vont évidemment être utiles et nécessaires, sur lesquels le parti et les militants devront réfléchir, l'aile parlementaire, le chef, a-t-il dit. Tout ça va se faire de façon démocratique à l'intérieur du parti.»

Un membre de la commission politique, Alexis Deschênes, a expliqué que cette décision pourra s'appuyer sur des sondages et des avis d'experts.

«On est en train de se trouver des experts, des gens avec qui on va discuter, des ressources bénévoles, a-t-il dit. Tous les outils peuvent être bons pour la commission politique.»

Un des principaux éléments du plan de M. Péladeau, l'Institut de recherche sur l'autodétermination des peuples et les indépendances nationales (IRAI), a été absent des éléments à l'ordre du jour du conseil national.

En concluant l'événement, M. Péladeau est demeuré flou sur le processus qui a mené au choix du président de son conseil d'administration, l'ex-député péquiste Daniel Turp.

«C'est lui qui a proposé sa candidature et il n'est pas membre de quelque parti politique que ce soit ou d'instances», a-t-il dit.

Insistant sur l'indépendance de l'organisme, dont le chef péquiste sera néanmoins le principal bailleur de fonds, M. Péladeau a expliqué que M. Turp recrutera les prochains administrateurs.

M. Péladeau a conclu son deuxième conseil national à titre de chef péquiste en affirmant qu'il dressait un meilleur bilan que le précédent, au terme duquel il avait dû publier un communiqué pour corriger sa position sur l'intégrité du territoire québécois.

«Tout se passe bien, a-t-il dit. Je ne penserais pas qu'il va y avoir de communiqué cet après-midi. Il y avait une précision à faire lors du dernier conseil, je ne pense pas qu'il y a de précision à faire aujourd'hui.»

Durant la fin de semaine, la totalité des ateliers s'est déroulée à huis clos, sans la présence des médias ou d'observateurs externes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer