Exclusif

Québec songe à imposer une redevance aux chauffeurs d'UberX

Le gouvernement Couillard a décidé d'adopter la ligne... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

Le gouvernement Couillard a décidé d'adopter la ligne dure à l'endroit d'Uber, dont le patron, Jean-Nicolas Guillemette, a été malmené la semaine dernière en commission parlementaire par le ministre des Transports, Jacques Daoust.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La décision n'est pas arrêtée, mais le gouvernement Couillard envisage d'imposer une redevance aux chauffeurs d'UberX, à un tarif équivalant à la location d'un permis - un fardeau financier qui rendrait plus équitable la compétition avec les chauffeurs de taxis traditionnels, qui ont payé leur coûteux permis.

Le gouvernement a manifestement décidé d'adopter la ligne dure à l'endroit d'Uber, dont le patron, Jean-Nicolas Guillemette, a été malmené la semaine dernière en commission parlementaire par le ministre des Transports, Jacques Daoust.

La Presse a par ailleurs obtenu une lettre transmise hier par M. Daoust à la direction d'Uber. Ce dernier insiste pour que la firme ouvre rapidement ses livres, et exige qu'elle divulgue, d'ici la fin de semaine, « les revenus provenant des courses répartis selon les villes dans lesquelles [elle pratique ses] activités », une tâche herculéenne. Pour le ministre, «il s'avère essentiel de détenir toute l'information nécessaire pour mener à bien les travaux de la commission».

Le ministre Daoust demande aussi la liste «dénominalisée» des chauffeurs qui travaillent pour Uber et UberX, répartis selon leur ville, de même que les sommes versées à chacun d'eux. On exige du même coup «le nombre de courses effectuées depuis le lancement d'Uber au Québec», encore là réparti selon la ville.

«Nous venons de recevoir la demande du ministre et nous sommes à l'étudier pour y donner suite le plus rapidement possible», a répondu Uber. «Nous réitérons notre volonté à collaborer avec la commission parlementaire dans la création d'une réglementation créant un environnement équitable, compétitif et innovant , a indiqué, en réaction, Jean-Christophe de Le Rue, porte-parole d'Uber.

Redevances

Le gouvernement planche sur une solution pour amener Uber à respecter le cadre réglementaire auquel doivent se conformer les autres taxis. Déjà, des milliers de chauffeurs travaillent au Québec en «louant» leur permis d'un détenteur de permis. Ces permis sont loués à la semaine, 300 $ par semaine, par exemple - c'est ce qui est payé pour les nouveaux taxis électriques Teo.

Québec pourrait «louer» des permis en exigeant une redevance équivalente au financement qui serait requis pour l'achat d'un permis. Au surplus, ce système permettrait de limiter le nombre de chauffeurs d'Uber, en imposant des quotas à ces «locations».

Le gouvernement se trouverait dans la même situation qu'un propriétaire de permis multiples qui loue les autorisations qu'il possède. Les permis, dont le nombre est limité, valent autour de 200 000 $. Ils ont perdu de la valeur à Montréal, où Uber est très actif; le prix est ferme à Québec.

On compte 8500 permis de taxi au Québec, et 5500 permis sont utilisés par un chauffeur unique. Québec a imposé une limite à la propriété des permis - on ne peut en posséder plus de 20.

Le gouvernement a également le gros bout du bâton pour imposer sa réglementation; les chauffeurs délinquants pourraient voir leur permis de conduire suspendu pour trois mois, voire un an en cas de récidive. Ces suspensions seraient bien plus efficaces qu'une amende.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer