L'ex-conjoint de Stéphanie Vallée démissionne de la Régie du logement

Me Louis-André Hubert.... (PHOTO ARCHIVES, LE DROIT)

Agrandir

Me Louis-André Hubert.

PHOTO ARCHIVES, LE DROIT

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'ex-conjoint de la ministre Stéphanie Vallée n'aura fait que passer à la Régie du logement. Me Louis-André Hubert a démissionné de son poste de régisseur avant même d'être assermenté, a confirmé le gouvernement, vendredi.

Le ministère du Conseil exécutif, le ministère du premier ministre Philippe Couillard, a indiqué que la démission de Me Hubert est effective depuis le 5 janvier. Sa porte-parole, Caroline Fraser, n'a pas précisé les motifs de son départ.

Au gouvernement, on explique que Me Hubert a profité d'un concours de circonstances favorable lors de son embauche. La banque de candidatures potentielles à ce poste était presque épuisée et il restait parmi les rares encore disponibles.

« On était près du fond du baril », a-t-on résumé vendredi.

La Presse n'a pu joindre Me Hubert vendredi.

Le gouvernement Couillard a approuvé la nomination de Me Louis-André Hubert à la fin octobre. Il devait occuper un poste de régisseur rémunéré 107 783 $ par année à Gatineau.

Me Hubert est l'ancien conjoint de la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée. Il a aussi été son associé au cabinet d'avocats Vallée & Hubert à Maniwaki.

La nouvelle de la nomination en a fait sourciller plusieurs en Outaouais.

La Presse a révélé en décembre qu'il est poursuivi devant la Division des petites créances pour avoir multiplié les retards alors qu'il représentait un client. Un jugement a relevé son « manque de diligence et de sérieux évidents » dans cette cause.

La conjointe d'un ancien client, Aurette Frappier, a déclaré à La Presse que les multiples retards de Me Hubert ont empêché son mari de se défendre dans le cadre d'une poursuite intentée par un homme d'affaires gatinois. Elle a qualifié de « terrible » son expérience avec l'avocat.

Le Parti québécois et la Coalition avenir Québec ont tous deux critiqué la nomination de l'avocat, en mettant en doute sa compétence.

Le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau a affirmé en décembre que la nomination de Me Hubert n'avait rien à voir avec sa relation avec la ministre Vallée. Il a assuré que l'avocat avait été embauché en raison de ses compétences.

Au bureau de M. Moreau, on a préféré ne pas commenter le dossier vendredi.

La ministre Vallée a indiqué avoir été mise au courant des démarches entreprises par son ex-conjoint pour décrocher un poste à la Régie du logement. Mais à aucun moment elle ne s'est immiscée dans le concours de sélection, a-t-elle assuré en décembre. Elle s'est retirée de la réunion du conseil des ministres lorsque la nomination a été discutée par ses collègues.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer