L'ex-conjoint de la ministre Vallée nommé à la Régie du logement

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée.... (PHOTO PC)

Agrandir

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée.

PHOTO PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Le gouvernement Couillard a récemment nommé l'ex-conjoint et ex-associé de la ministre de la Justice Stéphanie Vallée comme régisseur à la Régie du logement. Un poste rémunéré 107 783$ par année.

Le Conseil des ministres a approuvé, à la fin du mois d'octobre, la nomination de Me Louis-André Hubert à ce poste, qu'il occupera à Gatineau.

Me Hubert n'est pas seulement l'ancien conjoint de la ministre de la Justice, il a aussi été son associé au cabinet d'avocats Vallée&Hubert à Maniwaki, en Outaouais. Me Hubert est devenu le propriétaire unique de cette entreprise en octobre 2014, selon le Registre des entreprises.

Me Hubert a versé près de 4000$ à la caisse du Parti libéral entre 2001 et 2009.

Me Louis-André Hubert.... (ARCHIVES LE DROIT) - image 2.0

Agrandir

Me Louis-André Hubert.

ARCHIVES LE DROIT

La Régie du logement relève du ministère des Affaires municipales. Au bureau du ministre Pierre Moreau, on souligne que Me Hubert a été jugé apte à occuper son poste par un comité indépendant au terme du processus de sélection.

Les compétences d'abord

La porte-parole de M. Moreau, Catherine Poulin, affirme que ce sont les compétences de Me Hubert qui lui ont permis de décrocher ce poste. Sa relation avec la ministre de la Justice n'a rien à voir avec son embauche, dit-elle.

«Est-ce qu'on va pénaliser un citoyen parce qu'il a été en relation, ou qu'il est en relation avec une personne politique? a affirmé Mme Poulin. Est-ce qu'on va se priver d'une personne de qualité alors qu'elle a été nommée sur la base de ses compétences? Nous pensons que non.»

On ignore combien d'autres candidats étaient sur les rangs pour obtenir ce poste de régisseur. Cette information n'est pas rendue publique, a-t-on indiqué au ministère du Comité exécutif, de qui relève le processus de sélection.

Quant à la ministre Vallée, elle était au courant des démarches entreprises par son ex-conjoint pour décrocher un poste à la Régie du logement, a indiqué sa porte-parole, Jolyanne Pronovost. Mais à aucun moment elle ne s'est immiscée dans le concours de sélection.

«Elle n'était pas au courant qu'il allait être nommé, a indiqué Mme Pronovost. Elle n'est jamais intervenue dans le processus.»

Le Conseil des ministres, dont fait partie Mme Vallée, a été appelé à avaliser la nomination de Me Hubert. Mais à cette occasion, dit sa porte-parole, on a demandé à la ministre de quitter la salle.

«Quand elle est sortie, elle ne savait même pas pourquoi on lui avait demandé de quitter la réunion, a indiqué Mme Pronovost. Elle n'était donc pas du tout au courant.»

Il n'a pas été possible de joindre Me Louis-André Hubert. À son cabinet de Maniwaki, on a indiqué qu'il ne pratique plus le droit depuis sa nomination à la Régie du logement. Il n'a pas répondu aux messages de La Presse.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer