Légalisation de la marijuana: la ministre Thériault «indisposée»

Lise Thériault... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Lise Thériault

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La promesse de Justin Trudeau de légaliser la marijuana inquiète la ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault.

« Comme parent, je vous dirais que la légalisation de la marijuana, ça peut vraiment indisposer beaucoup de personnes, moi la première », a-t-elle affirmé à l'entrée de la réunion hebdomadaire du conseil des ministres, mercredi.

Selon elle, « il y a des questions de sécurité publique qui sont sérieuses et qu'on doit se poser ». Et surtout, « ces questions de sécurité publique doivent primer », a-t-elle insisté. « On doit, si jamais le gouvernement fédéral décide d'aller dans cette voie-là, (...) s'assurer que les questions de sécurité publique soient bien traitées. »

Elle a rappelé que le Parti libéral du Canada, porté au pouvoir à Ottawa lundi, n'a soumis aucune proposition concrète. Il a toutefois promis de créer un comité conjoint avec les provinces pour discuter de cet enjeu. « Tant qu'on est dans le vide, qu'on n'a rien qui a été déposé devant nous, il faut être inquiet définitivement », a soutenu Mme Thériault.

La ministre a rappelé qu'elle a déjà manifesté ses inquiétudes au gouvernement fédéral au sujet de la production de marijuana à des fins thérapeutiques. Dans une lettre envoyée à Ottawa en juillet 2014, Mme Thériault et le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, se sont dits inquiets du fait qu'avant de délivrer un permis de production de cannabis, Santé Canada ne vérifie que les dossiers des administrateurs et des dirigeants des entreprises désirant se lancer dans cette industrie. Les deux ministres québécois demandaient que le processus vise également «tous les employés» et «toute personne qui a directement ou indirectement le contrôle» des entreprises de production de cannabis. Cette mesure permettrait de «réduire les risques d'infiltration de réseaux criminels et de détournement de la marijuana produite à des fins médicales», ont écrit les deux ministres.

Questionnée pour savoir si elle a déjà consommé de la marijuana, Lise Thériault a répondu qu'« il y a des plaisirs de la vie pas mal plus simples », comme « des soupers entre amis avec une bonne bouteille de vin » ou encore « un voyage dans le Sud à l'occasion ».

Québec est plutôt mal à l'aise au sujet de l'engagement du Parti libéral du Canada. Philippe Couillard a déclaré mardi qu'il est ouvert à la décriminalisation de la marijuana, mais « pas forcément » à la légalisation.

Questionné sur le sujet mercredi, le ministre de la Santé Gaétan Barrette a renvoyé la balle à sa collègue Lucie Charlebois, estimant que ce dossier relève de la Santé publique. Cette dernière n'a pas voulu prendre position, même si l'engagement du PLC est connu depuis longtemps. Elle a plaidé que M. Trudeau n'a pas soumis de proposition concrète.

Et pourtant, des ministres se prononcent depuis mardi sur plusieurs promesses de M. Trudeau même si le chef libéral n'a présenté aucun scénario concret. Par exemple, Robert Poëti, des Transports, a déclaré qu'il s'attend à ce qu'Ottawa n'impose pas de péage pour le nouveau pont Champlain comme l'a promis M. Trudeau. Il a même ajouté que «c'est une excellente nouvelle » pour la grande région de Montréal.

Voici l'échange entre la ministre Charlebois et les journalistes sur la légalisation de la marijuana:

Est-ce que ce serait avisé de légaliser la marijuana ?

« C'est une question hypothétique, ça ne fait pas 24 heures qu'ils sont élus. (...) On va commencer par les laisser prendre le pouvoir, là. Et ensuite, on va gérer. »

Est-ce qu'il y a un risque pour la santé publique à la légalisation de la marijuana ?

« On va les laisser arriver. On va laisser les propositions venir. Et on va examiner ça. »

Pourquoi y a-t-il un malaise ?

« Il n'y a aucun malaise. On va faire les choses dans l'ordre. Et dans l'ordre, on dit qu'on va les laisser arriver. Il n'est même pas encore en poste. »

Mais sa position est connue...

« Écoutez, on va attendre de voir ce qu'ils vont avoir à nous proposer, et à ce moment-là, je pourrai vous revenir. »

Comment avez-vous évalué la promesse libérale de légaliser la marijuana ? Est-ce que vous dissuadez le prochain gouvernement, parce qu'il est appelé à former le gouvernement le Parti libéral, d'honorer cette promesse ?

« Je vais attendre de voir la proposition qu'ils auront à formuler. »

Le gouvernement du Québec n'a pas de position de principe sur le sujet ?

« Oui on va avoir une position, mais en temps et lieu. Je n'ai pas la proposition qu'ils ont entre les mains en ce moment, alors on va les laisser prendre le pouvoir. On va examiner. Sachez que ça va être fait toujours dans une perspective de santé publique, pour protéger la population. »

Est-ce mieux de consommer de l'alcool ou de fumer de la drogue ?

« C'est une très bonne question. Chacun son plaisir. Mais honnêtement, on va le faire avec les bases scientifiques. Nous, on gouverne avec les bases scientifiques, et c'est là-dessus qu'on va se baser. »

En avez-vous des bases scientifiques, elles disent quoi les bases scientifiques ?

« On en a de la littérature scientifique, mais on va attendre de voir ce qu'ils veulent proposer. À partir de la proposition qu'ils auront, j'aurai des réponses plus concrètes. »

Avez-vous déjà fumé de la marijuana ?

« C'est une très bonne question. Mes plaisirs m'appartiennent. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer