Couillard veut «élargir les relations entre le Québec et l'Islande»

Une vue de Reykjavik, capitale de l'Islande.... (Photo archives Bloomberg)

Agrandir

Une vue de Reykjavik, capitale de l'Islande.

Photo archives Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
REYKJAVIK

Le premier ministre Philippe Couillard veut intensifier la relation bilatérale directe établie par le Québec avec l'Islande, donc sans passer par le filtre d'Ottawa.

Après quelques jours passés dans la chaleur du Mexique, pour une mission économique, le premier ministre Couillard a posé le pied dans la froide Islande, jeudi, son deuxième séjour dans le pays situé tout près du cercle polaire.

Il faut «élargir les relations entre le Québec et l'Islande», a-t-il dit, d'entrée de jeu, jeudi après-midi, lors d'un point de presse conjoint avec le président du pays, Olafur Grimsson.

Pour la deuxième année consécutive, M. Couillard sera un des conférenciers invités à la conférence internationale des questions nordiques Arctic Circle, qui se tient à Reykjavik jusqu'à dimanche.

Il souhaite multiplier les occasions d'échange entre les deux États.

«Oui à Arctic Circle, également oui au commerce, oui aux échanges, oui au tourisme et on va être présent de toutes les façons possibles» en Islande désormais, a commenté M. Couillard, sur les lieux de la conférence, dans le splendide centre des congrès Harpa, dressé au bord de l'océan.

L'Islande a mis beaucoup d'efforts ces dernières années pour développer son potentiel touristique, en mettant l'accent sur le plein air, même en hiver, et le tourisme d'aventure. Et ça fonctionne.

«Je voudrais qu'on apprenne d'eux, qu'on apprenne la bonne façon de faire le tourisme nordique», a dit M. Couillard, rappelant qu'un des volets du Plan Nord porte sur le développement touristique.

Les liens entre les deux États pourront être facilités par une nouvelle liaison aérienne directe dès le mois de mai entre Montréal et Reykjavik.

M. Couillard n'a pas exclu que la Caisse de dépôt et placement puisse éventuellement être intéressée à investir dans le type d'infrastructures dont l'Islande a besoin pour assumer son développement rapide et l'afflux important de touristes dans ce petit pays de 320 000 personnes.

La troisième édition de la conférence internationale Arctic Circle attire 1800 participants en provenance d'une cinquantaine de pays. L'intérêt international pour cet événement croît chaque année.

M. Couillard a d'ailleurs pris l'engagement d'en faire une habitude: assurer la présence du Québec, chaque année, à la conférence Arctic Circle.

«C'est devenu pour nous une partie importante de notre diplomatie», a-t-il dit.

Mais il y a quand même une limite à l'enthousiasme du premier ministre. Actuellement, le Québec n'assure aucune présence permanente en Islande et rien n'indique que la situation va changer. La seule présence diplomatique du Québec à Reykjavik se fait à partir de la délégation du Québec à Londres.

«On peut très bien desservir le pays avec cette représentation-là», juge M. Couillard.

Le président Grimsson et le premier ministre Couillard ont aussi annoncé la tenue à Québec, en mars prochain, d'un forum sur les questions nordiques, pour faire le suivi des engagements pris durant la conférence annuelle de Reykjavik et faire le point sur le Plan Nord.

La lutte aux changements climatiques sera un des thèmes majeurs de la conférence Arctic Circle, en prévision de la conférence internationale des Nations unies COP21, à Paris en décembre.

Jamais auparavant l'arctique a joué un rôle aussi crucial pour envoyer les signaux indiquant qu'il faut envisager la question climatique d'une autre façon, a fait valoir M. Grimsson, qui trace un lien direct entre l'avenir des régions nordiques et la question des changements climatiques.

Le premier ministre Couillard pourra s'entretenir avec le président français, François Hollande, qui sera sur place lui aussi vendredi.

Il lui rappellera le rôle important des États fédérés, comme le Québec, sur la question des changements climatiques. À la conférence de Paris, une journée sera d'ailleurs consacrée à ces États, le 7 décembre.

«C'est nous qui voyons aux premières loges les changements climatiques», a dit M. Couillard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer