Pouvoirs du lieutenant-gouverneur: le PQ contredit J. Michel Doyon

Le député du PQ, Stéphane Bergeron... (PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le député du PQ, Stéphane Bergeron

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
Québec

Le lieutenant-gouverneur du Québec agit comme la grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le boeuf dans la fable de La Fontaine, selon le député péquiste Stéphane Bergeron.

Ce dernier a sursauté en prenant connaissance des propos tenus lundi par le nouveau lieutenant-gouverneur, J. Michel Doyon, quant à l'étendue des pouvoirs conférés à celui qui occupe le poste de représentant de la reine Élisabeth II au Québec.

En entrevue à La Presse Canadienne, M. Doyon a affirmé que son rôle était tout sauf symbolique. Il a soutenu que, selon la Constitution canadienne, le lieutenant-gouverneur détenait d'énormes pouvoirs, dont celui de ne pas sanctionner une loi qu'il jugerait antidémocratique.

Porte-parole en matière de relations Québec-Canada pour l'opposition officielle, Stéphane Bergeron a tenu à ramener les pendules à l'heure, en rappelant à M. Doyon qu'il n'était pas élu, donc qu'il n'avait pas à bousiller le travail parlementaire fait par les élus de l'Assemblée nationale, responsables d'adopter les lois.

En point de presse, mardi, il a dit juger que l'institution du lieutenant-gouverneur n'avait aucune légitimité démocratique et que les soi-disant pouvoirs reliés à sa fonction étaient depuis longtemps «tombés en désuétude».

M. Doyon ne peut donc pas se permettre «de porter un jugement sur des lois adoptées par les élus du peuple» québécois, a tranché le député de Verchères.

Ceci dit, le député péquiste a ajouté qu'il n'avait pas l'intention d'entreprendre une polémique avec M. Doyon sur la place publique.

«Je ne vais pas m'engager dans un débat à savoir qui pisse le plus loin, entre lui et moi», a-t-il illustré.

Le Parti québécois qualifie l'institution du lieutenant-gouverneur de désuète et réclame son abolition. Jeudi dernier, l'opposition péquiste a boycotté la cérémonie d'assermentation de M. Doyon.

De plus, M. Bergeron considère que M. Doyon, qui a été nommé lieutenant-gouverneur par le premier ministre Stephen Harper, «n'est là que pour services rendus au parti au pouvoir» à Ottawa.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer