Le nouveau lieutenant-gouverneur dit avoir d'énormes pouvoirs

J. Michel Doyon au côté du premier ministre Couillard... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, PC)

Agrandir

J. Michel Doyon au côté du premier ministre Couillard lors de son assermentation, le 24 septembre.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
QUÉBEC

Contrairement à ce que prétend l'opposition péquiste, le lieutenant-gouverneur du Québec détient d'énormes pouvoirs, selon J. Michel Doyon.

Et il pourrait s'en prévaloir, au besoin, a-t-il confié en entrevue à La Presse Canadienne, lundi, tout en s'engageant à laisser aux politiciens le champ d'action politique.

Il ne faudrait surtout pas croire que cette fonction de lieutenant-gouverneur n'est que symbolique, selon l'avocat, qui a pris possession de ses bureaux lundi, juste à côté du parlement.

Celui qui représente la reine Élizabeth II au Québec ne partage donc pas du tout la perception du chef péquiste Pierre Karl Péladeau, qui juge la fonction de lieutenant-gouverneur symbolique, vétuste et archaïque, réclamant son abolition pure et simple.

L'opposition officielle formée par le Parti québécois a boycotté la cérémonie d'assermentation de M. Doyon jeudi dernier. Aussi, le PQ espère que le 29e lieutenant-gouverneur gardera un profil bas, en se limitant à ouvrir et fermer une législature, et sanctionner les lois adoptées par les parlementaires sans poser de questions.

Sauf que M. Doyon entend bien jouer un rôle actif dans la société québécoise, particulièrement en ce qui a trait à la revalorisation de nos institutions démocratiques, dont celle qu'il incarnera au cours des prochaines années.

«C'est une fonction bien méconnue», a-t-il déploré, dont le rôle est pourtant «essentiel au bon fonctionnement de l'État», a-t-il fait valoir.

«Ce n'est pas seulement symbolique», assure-t-il.

Au contraire, «il a des pouvoirs énormes le lieutenant-gouverneur dans nos systèmes», citant en exemple le fait qu'il pourrait bien «exercer un droit de réserve, c'est-à-dire refuser de signer une loi», s'il la jugeait antidémocratique.

Mais oserait-il aller jusque-là? Il demeure évasif quand on lui pose la question.

«Il y a quand même des pouvoirs qui sont là», à exercer «avec discrétion» dans le cadre de la Constitution canadienne, dit M. Doyon, tandis qu'accrochée au mur, près de lui, trône une photo de la reine Élizabeth II.

Nommé par le premier ministre Stephen Harper, M. Doyon assure qu'il restera «au-dessus de la mêlée», ne voulant pas se substituer aux élus, pour «laisser la place du politique aux hommes politiques».

Son rôle implique qu'il doit résister à la tentation d'agir de façon arbitraire.

En fait, durant son mandat, il veut en priorité amener les Québécois à prendre conscience de l'importance de respecter et valoriser leurs institutions démocratiques, plus fragiles qu'on le croit, selon lui.

Car c'est «grâce à nos institutions politiques qu'on peut vivre librement, qu'on peut circuler dans les rues, qu'on peut se permettre de critiquer un homme politique».

S'il réussit à «élever un peu la fonction» de lieutenant-gouverneur au cours des prochaines années, il aura le sentiment du devoir accompli.

M. Doyon dit ne pas craindre l'élection éventuelle du Parti québécois en 2018 ou la tenue d'un référendum sur la souveraineté. Et il n'interviendrait pas, le cas échéant, par respect de la volonté populaire.

Il ne prend pas ombrage du choix des péquistes de dénigrer l'institution qu'il représente. C'est le jeu de la démocratie, plaide M. Doyon.

Ce dernier reconnaît que la fonction de lieutenant-gouverneur du Québec a été passablement ternie par un de ses prédécesseurs, Lise Thibault, représentante de la reine de 1997 à 2007, reconnue coupable de fraude et d'abus de confiance au terme d'une longue saga judiciaire.

«La fonction a été certainement mise à mal, et certainement ternie», convient-il, s'engageant pour sa part à respecter des «règles strictes d'éthique et de gouvernance» durant son mandat.

Le bureau du lieutenant-gouverneur dispose actuellement d'un budget de fonctionnement de quelque 750 000 $.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer