Couillard fait une profession de foi environnementale à New York

Évoquant le controversé pipeline Énergie Est de TransCanada,... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Évoquant le controversé pipeline Énergie Est de TransCanada, le premier ministre a assuré que Québec allait faire une évaluation environnementale consciencieuse, en posant les mêmes conditions qui ont été émises par l'Ontario.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yves Schaeffner
La Presse Canadienne
NEW YORK

À New York dans le cadre de la Semaine du climat, le premier ministre Philippe Couillard a réitéré, lundi, son engagement en faveur d'une économie faible en carbone tout en assurant que son gouvernement allait se montrer strict dans les dossiers environnementaux de l'oléoduc Énergie Est ainsi que sur la question des forages à l'île d'Anticosti.

Évoquant le controversé pipeline Énergie Est de TransCanada, le premier ministre a assuré que Québec allait faire une évaluation environnementale consciencieuse, en posant les mêmes conditions qui ont été émises par l'Ontario.

«On va bien sûr être extrêmement prudent, tenir compte de l'acceptabilité des communautés, particulièrement des Premières Nations, des mesures de sécurité pour l'environnement et cela va être fait de façon très rigoureuse», a-t-il plaidé après avoir pris la parole à la Semaine du climat en compagnie du gouverneur du Vermont, Peter Shumlin.

Sur le même ton, Philippe Couillard a insisté pour dire qu'il suivait attentivement le dossier des forages d'exploration sur l'île d'Anticosti et pour lequel des groupes environnementaux ont réclamé que les études soient rendues publiques.

S'il doute que les études de la compagnie puissent être rendues publiques parce qu'«il y a des secrets commerciaux là-dedans, c'est une compagnie qui est négociée en Bourse», le premier ministre dit croire que l'évaluation conduite par son gouvernement concernant la possibilité de fracturation hydraulique devrait bien renseigner les Québécois.

«Il y a une évaluation spécifique pour Anticosti qui va sortir et cela va bien sûr influencer notre décision. Moi, je suis très préoccupé par ce beau milieu naturel encore vierge au Québec et on va être extrêmement prudent», a-t-il assuré.

Lors de son allocution à l'événement de la Semaine du climat en tant que coprésident de l'Alliance des États fédérés et des régions, Philippe Couillard a notamment rappelé les récents engagements du Québec en termes de réduction d'émissions des gaz à effet de serre.

La rencontre était également l'occasion pour l'Alliance des États fédérés et des régions d'annoncer conjointement des cibles de réduction d'émission de CO2 dans l'atmosphère de 7,9 milliards de tonnes d'ici 2030, soit l'équivalent des émissions de carbone des États-Unis en 2012.

En plus de sa participation à la Semaine du climat, le premier ministre a visité lundi matin une école publique bilingue de New York parrainée par le Québec. En après-midi, il avait une rencontre privée avec des gens d'affaires à son programme.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer